L’Ely­sée veut bais­ser l’im­pôt des classes moyennes

Aujourd'hui en France - - ÉCONOMIE -

DANS UN ENTRETIEN pu­blié au­jourd’hui dans « les Echos », le pré­sident de la Ré­pu­blique confirme que « si, mal­gré le Brexit, la crois­sance était de 1,7 % en 2017 », un geste fis­cal se­rait en­vi­sa­gé l’an pro­chain. En dé­pit de l’aver­tis­se­ment de la Cour des comptes, hier, sur la te­nue de l’ob­jec­tif de ré­duc­tion des dé­penses de l’Etat et du dé­fi­cit pu­blic (2,7 % du PIB vi­sés en 2017), le chef de l’Etat es­time que « ce geste fis­cal, qui ne pour­rait être su­pé­rieur à 2 Mds€, vien­drait s’ajou­ter aux al­lé­ge­ments ac­cor­dés de­puis 2014 et qui ont d’ores et dé­jà concer­né 12 mil­lions de contri­buables ». Qui en bé­né­fi­cie­ra ? « Il est trop tôt pour le dire, ré­pond Fran­çois Hol­lande. Mais ma pré­fé­rence irait vers une me­sure ci­blée pour les classes moyennes. »

Prime à l’em­bauche main­te­nue

Le chef de l’Etat an­nonce aus­si son in­ten­tion de consa­crer 5 Mds€ « au re­lè­ve­ment du Cré­dit d’im­pôt pour la com­pé­ti­ti­vi­té et l’em­ploi — qui se­ra por­té à au moins 7 % de la masse sa­la­riale — et à la baisse de l’im­pôt sur les so­cié­tés des PME ». En­fin, la prime à l’em­bauche dans les PME de moins de 250 sa­la­riés (un nou­veau sa­la­rié ré­mu­né­ré jus­qu’à 1 900 € brut men­suels bé­né­fi­cie du­rant les deux pre­mières an­nées du con­trat, d’une prime tri­mes­trielle de 500 €) se­ra pro­lon­gée sur l’an­née 2017.

En bref

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.