Du sur­sis pour les ados par­tis en Sy­rie

Aujourd'hui en France - - FAITS DIVERS - GEOFFROY TOMASOVITCH

C’EST UNE LETTRE qu’au­cune ma­man ne sou­hai­te­rait lire un jour. « Ima­gine-toi que je suis mort et conti­nue à vivre ta vie nor­ma­le­ment », a écrit à sa mère un ado­les­cent avant de quit­ter Tou­louse (Haute-Ga­ronne) avec un ca­ma­rade et de dis­pa­raître au dé­but de l’an­née 2014 pour une des­ti­na­tion te­nue se­crète : la Sy­rie. Lui et son ami — tous deux mi­neurs à l’époque — ont été condam­nés hier à six mois de pri­son avec sur­sis par le tri­bu­nal pour en­fants de Pa­ris pour as­so­cia­tion de mal­fai­teurs en re­la­tion avec une en­tre­prise ter­ro­riste.

Cette peine, in­fé­rieure à celle de deux ans de pri­son dont un avec sur­sis, re­quise par le par­quet (qui a fait ap­pel) a été pro­non­cée à l’is­sue de deux jours de dé­bats à huis clos. Elle vient sanc­tion­ner les trois se­maines pas­sées en Sy­rie par ces deux an­ciens ly­céens tou­lou­sains. Un sé­jour or­ga­ni­sé à l’in­su de leurs parents, qui a fait de ces jeunes, alors âgés de 15 et 16 ans, des dji­ha­distes pré­su­més.

Ra­di­ca­li­sés via les ré­seaux so­ciaux

Par­ti le 6 jan­vier 2014, le tan­dem était ren­tré en France les 25 et 27 jan­vier après avoir été ré­cu­pé­ré en Tur­quie par l eurs fa­milles. Au­jourd’hui âgés de 18 et 19 ans, ils sont « in­sé­rés ». Le pre­mier at­tend ses ré­sul­tats du bac­ca­lau­réat, l’autre d’être em­bau­ché.

Pen­dant leur procès, les deux jeunes qui, se­lon un proche, re­grettent l’im­pact que cette af­faire a eu sur leurs fa­milles et sur leur vie, ont ré­af­fir­mé que leur but n’était pas de faire le dji­had mais de com­battre Ba­char al-As­sad. Les au­diences ont aus­si mis en lu­mière le rôle né­faste d’un homme : Mou­rad Fares, un Fran­çais de 31 ans soup­çon­né d’être l’un des prin­ci­paux re­cru­teurs de dji­ha­distes fran­çais, dé­te­nu de­puis sep­tembre 2014.

« Mou­rad Fares est pré­sent de A à Z dans leur en­ga­ge­ment », sou­tient Me Matthieu Chi­rez, l’avo­cat de l’un des pré­ve­nus. De fait, les deux ado­les­cents ont été ra­di­ca­li­sés sur In­ter­net via les ré­seaux so­ciaux où Fares était om­ni­pré­sent. Ce même Fares les a ré­cep­tion­nés en Sy­rie où il les a in­té­grés à un centre d’en­traî­ne­ment. Les mi­neurs ont alors in­cor­po­ré les rangs du groupe ter­ro­riste Front Al-Nos­ra, « en pleine connais­sance de cause », se­lon l’ac­cu­sa­tion.

« La peine pro­non­cée semble te­nir compte de l’em­bri­ga­de­ment dont ces deux jeunes ont été vic­times, et de leur per­son­na­li­té », ré­agit Me Chi­rez qui juge l’ap­pel du par­quet « in­com­pré­hen­sible ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.