En Is­lande, même le com­men­ta­teur est in­croyable

Aujourd'hui en France - - L’ACTUALITÉ DES RÉGIONS - YVES LEROY

GUDMUNDUR Be­ne­dikts­son de­vient au moins aus­si connu que les joueurs is­lan­dais. Le com­men­ta­teur de la té­lé­vi­sion na­tio­nale, 41 ans, sym­bo­lise la fo­lie douce (ou fu­rieuse, se­lon les mo­ments) qui s’est em­pa­rée de l’île. Dé­jà lors de la qua­li­fi­ca­tion face à l’Au­triche (2-1), il avait lit­té­ra­le­ment cra­qué sur le se­cond but de son pays, per­met­tant aux Vi­kings de pour­suivre leur route en 8e de fi­nale. Lun­di, contre les An­glais, Gum­mi Ben (son sur­nom) a ré­édi­té sa per­for­mance ex­ta­tique, se lan­çant dans une transe, la voix dé­for­mée et aus­si ai­guë qu’un cris­se­ment de four­chette dans une as­siette.

Il af­firme qu’on ne le ver­ra ja­mais hur­ler dans la rue...

La sé­quence a fait plu­sieurs cen­taines de mil­liers de vues sur les plates-formes en ligne et peut être tra­duite de cette ma­nière : « [les bras en l’air] On va à Pa­ris !!! On ne ren­tre­ra ja­mais à la mai­son !!! [les mains sur la tête] Re­gar­dez ça ! Re­gar­dez ça ! Je n’y crois pas. Je n’en crois pas mes propres yeux. Ne me ré­veillez ja­mais ! Ne me ré­veillez ja­mais de ce rêve. [les bras de nou­veau le­vés] Sif­flez tout ce que vous vou­lez, An­glais, l’Is­lande va au Stade de France. Vous pou­vez ren­trer à la mai­son ! Vous pou­vez sor­tir de l’Eu­rope, vous pou­vez al­ler où vous vou­lez ! An­gle­terre 1 - Is­lande 2 ! Le conte de fées conti­nue ! »

Pour­tant, Be­ne­dikts­son n’avait pas que des rai­sons de se ré­jouir. Car l’homme, en plus d’être com- men­ta­teur, oc­cu­pait éga­le­ment des fonc­tions d’en­traî­neur ad­joint du KR Reyk­ja­vik, le plus grand club du pays. Un poste du­quel il a été li­mo­gé, comme le reste du staff, après de mau­vais ré­sul­tats. Avant sa double re­con­ver­sion, il était un at­ta­quant re­con­nu.

Il a ef­fec­tué la ma­jeure par­tie de sa car­rière au KR, mais aus­si quelques an­nées en Bel­gique, et a por­té le maillot de la sé­lec­tion na­tio­nale à dix re­prises (2 buts). Son fils de 19 ans, Al­bert Gud­mund­sson, est ac­tuel­le­ment au centre de formation du PSV Eind­ho­ven.

Gum­mi Ben ne sur­prend pas vrai­ment ses com­pa­triotes. « Il tra­vaille comme com­men­ta­teur té­lé presque de­puis qu’il a ar­rê­té de jouer et il est de loin le plus po­pu­laire du pays, ex­plique An­dri Yr­kill Vals­son, jour­na­liste pour le quo­ti­dien Mor­gun­bla­did. C’est pour ça qu’il a été choi­si pour l’Eu­ro. Et, ef­fec­ti­ve­ment, ce qu’il fait ac­tuel­le­ment pen­dant ces matchs, c’est son style. » L’in­té­res­sé ex­plique pour­tant à RMC être « quel­qu’un de très calme » et af­firme qu’on ne le « [ver­ra] ja­mais hur­ler dans la rue ».

Aux der­nières nou­velles, Gudmundur Be­ne­dikts­son s’est ac­cor­dé un peu de re­pos sur la Côte d’Azur, his­toire de soi­gner sa voix et de prendre des forces pour le Stade de France. Sa per­for­mance se­ra, elle aus­si, par­ti­cu­liè­re­ment guet­tée.

Com­men­ta­teur té­lé le plus po­pu­laire du pays, Gudmundur Be­ne­dikts­son, dit Gum­mi Ben, a réa­li­sé un drôle de nu­mé­ro en di­rect (à droite) lors de la vic­toire des Is­lan­dais en 8e de fi­nale contre l’An­gle­terre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.