« Ils sont sur un nuage, et c’est dan­ge­reux »

Alou Diar­ra,

Aujourd'hui en France - - L’ACTUALITÉ DES RÉGIONS - Pro­pos re­cueillis par BER­TRAND MÉTAYER

IL A JOUÉ le der­nier France - Is­lande (3-2) le 27 mai 2012. Une ren­contre à la­quelle ont par­ti­ci­pé neuf des Vi­kings qui ont bat­tu l’An­gle­terre (2-1). Alou Diar­ra, consul­tant d’In­fo­sport +, livre aux Bleus ses conseils pour battre l’équipe surprise de cet Eu­ro. Comment s’était dé­rou­lé ce match ? ALOU DIAR­RA. L’Is­lande était une équipe com­plè­te­ment dé­com­plexée qui jouait sans pres­sion. Elle nous avait po­sé beau­coup de pro­blèmes, au point de me­ner 2-0. On avait ren­ver­sé la ten­dance car ils avaient bais­sé de pied phy­si­que­ment et on avait plus de qua­li­tés ; mais ils nous avaient sur­pris no­tam­ment par leur im­pact. Ce sont des joueurs très dis­ci­pli­nés, très ri­gou­reux. On s’at­ten­dait à un match fa­cile et on a été pu­nis pour notre manque de vi­gi­lance. On avait été trop di­let­tantes. Les Bleus d’au­jourd’hui peu­ven­tils tom­ber dans ce piège ? L’équipe de France est pré­ve­nue, après l’éli­mi­na­tion de l’An­gle­terre. Pour les Is­lan­dais, ce match n’est que du bo­nus. Ils n’ont plus qu’une pres­sion ex­trê­me­ment po­si­tive. Ils ont dé­jà réus­si leur pre­mier Eu­ro. Ils sont sur un nuage, et c’est dan­ge­reux. Mais les Bleus ont un sta­tut à faire res­pec­ter. Je ne pense pas qu’on com­met­tra les mêmes er­reurs que les An­glais. Quelles sont les forces des Is­lan­dais ? L’Is­lande joue avec un bloc bas avec beau­coup d’agres­si­vi­té sur le por­teur du bal­lon. Tac­ti­que­ment, ils sont très au point, très ca­lés. Ils dé­fendent bien et ils jouent leurs coups of­fen­sifs avec jus­tesse. Ils jouent sim­ple­ment, avec des mou­ve­ments et de la pro­fon­deur. Ils ont aus­si de la taille et de la puis­sance. Comment les faire dé­jouer ? Ce se­rait bien de mar­quer les pre­miers pour les obli­ger à sor­tir. Pour ce­la, il faut prendre des ini­tia­tives, jouer entre les lignes ou frap­per de loin. Les Bleus doivent mettre beau­coup de vi­tesse dans le jeu pour dé­sta­bi­li­ser ce bloc is­lan­dais. Il faut les

« Mar­quer les pre­miers pour les obli­ger à sor­tir »

faire cou­rir pour les épui­ser. La France pos­sède les armes pour. Le sys­tème en 4-4-2 avec Griez­mann et Gi­roud en pointe est-il en­vi­sa­geable ? Oui, car on au­ra be­soin de vi­tesse sur les cô­tés et dans l’axe. On a des joueurs tech­niques et bons drib- bleurs qui peuvent faire des dif­fé­rences face aux gros ga­ba­rits is­lan­dais. Des joueurs vé­loces comme Griez­mann ou Co­man sont ca­pables d’ac­cé­lé­rer et de faire de grosses dif­fé­rences dans de pe­tits es­paces.

Stade du Hai­naut (Va­len­ciennes), le 27 mai 2012. Lors de cette ren­contre, les Bleus d’Alou Diar­ra avaient été me­nés 2-0 par l’Is­lande avant de s’im­po­ser fi­na­le­ment 3-2.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.