Le jo­li conte de Pey­raud

Aujourd'hui en France - - LOISIRS ET SPECTACLES - C.L.

TRANQUILLEMENT, mais sû­re­ment, JeanP­hi­lippe Pey­raud, 47 ans, im­pose sa pe­tite mu­sique, très in­ti­miste, au rayon des al­bums qui sé­duisent. Le Poi­te­vin, pas­sé par les Arts ap­pli­qués, a d’abord em­prun­té des che­mins dé­tour­nés pour en ar­ri­ver là. Dans les an­nées 1990, pas­sion­né de des­sin, il va d’abord tra­vailler dans l’au­dio­vi­suel, si­gnant des bandes-an­nonces et des gé­né­riques pour Arte, France Té­lé­vi­sions ou des films ins­ti­tu­tion­nels. « J’ai tou­jours eu en­vie de faire de la BD. J’avais créé un fan­zine au ly­cée. Mais, sans doute aus­si pour ras­su­rer mes parents, il fal­lait que je trouve un travail plus ré­mu­né­ra­teur », com­mente-t-il amu­sé.

Il a sui­vi les conseils de Phi­lippe Djian

Ses pre­mières his­toires, au­to­bio­gra­phiques et réa­li­sées sur son temps libre, se­ront donc avant tout des­ti­nées à ses co­pains et… à lui-même. « J’ai com­men­cé à fré­quen­ter pas mal d’autres jeunes des­si­na­teurs, comme Ba­j­ram ou Mez­zo. Et puis j’ai ren­con­tré Ch­ris­to­pher qui ve­nait de mon­ter une pe­tite mai­son d’édi­tion, la Co­mé­die illus­trée. Et j’ai com­men­cé à pu­blier par ce biais. » Le pre­mier al­bum sort en 1995, « Entre la poire et le fro­mage ». Il en­chaîne en­suite avec deux ou trois par an, es­sen­tiel­le­ment chez des pe­tits édi­teurs. En 2000, « Grain de beauté », ré­cit sur l’in­ti­mi­té de deux amants, lui vaut d’être sa­lué par les lec­teurs et re­mar­qué par Cas­ter­man, où il pu­blie la sé­rie « Pre­mières Cha­leurs » sur une bande de tren­te­naires.

Lui, grand amou­reux des mots et ama­teur de nou­velles, « un genre mal ai­mé en France », va avoir l’oc­ca­sion d’en adap­ter deux, d’écri­vains qu’il ad­mire : Marc Villard avec « Quand j’étais star » et Phi­lippe Djian avec « Mise en bouche ». Ce der­nier est d’ailleurs un peu à l’ori­gine de « l’In­ver­sion de la courbe des sen­ti­ments », au moins sur la forme. « J’ai de­man­dé un jour à Djian comment il tra­vaillait. Il m’a dit qu’il par­tait d’une pre­mière phrase et que tout s’en­chaî­nait après. J’ai ap­pli­qué la re­cette pour cet al­bum. Je n’avais pas vrai­ment de scé­na­rio. Juste la pre­mière scène dans la chambre. Le reste de l’his­toire est ve­nu na­tu­rel­le­ment. C’était la pre­mière que je tra­vaillais comme ce­la », ex­plique-t-il. Il ne fau­dra pas hé­si­ter à re­com­men­cer.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.