Tiers payant éten­du

Aujourd'hui en France - - ÉCONOMIE - DA­NIEL ROSENWEG

NOU­VELLE ÉTAPE pour le tiers payant obli­ga­toire, ins­crit dans la loi de mo­der­ni­sa­tion du sys­tème de san­té vo­tée le 26 jan­vier. Après les bé­né­fi­ciaires de la CMU-C (cou­ver­ture ma­la­die uni­ver­selle com­plé­men­taire), et de l’aide à la com­plé­men­taire san­té, la dis­pense d’avance de frais peut do­ré­na­vant être pro­po­sée par les mé­de­cins aux femmes en­ceintes et aux per­sonnes at­teintes d’une af­fec­tion de longue du­rée. Cette nou­velle étape s’ins­crit dans un pro­ces­sus qui doit don­ner ac­cès au tiers payant à tous les Fran­çais au 1er jan­vier.

Une pos­si­bi­li­té qui de­vien­dra un droit à comp­ter du 30 no­vembre 2017, sou­ligne le mi­nis­tère. Confor­mé­ment à la dé­ci­sion du Con­seil consti­tu­tion­nel, le tiers payant vou­lu par Ma­ri­sol Tou­raine se li­mite pour l’ins­tant au moins à la part obli­ga­toire, celle rem­bour­sée par l’As­su­rance ma­la­die, pas celle des com­plé­men­taires san­té.

Les syn­di­cats de mé­de­cins sont par ailleurs hos­tiles au prin­cipe du tiers payant obli­ga­toire. Plu­sieurs viennent d’ap­pe­ler à nou­veau à s’op­po­ser à cette me­sure. Cette ex­ten­sion du tiers payant « porte à 15 mil­lions le nombre de Fran­çais qui peuvent bé­né­fi­cier de la dis­pense d’avance de frais », sou­ligne de son cô­té le mi­nis­tère. Pour Ma­ri­sol Tou­raine, c’est là « un pro­grès so­cial ma­jeur. Trop de nos conci­toyens re­noncent en­core à se soi­gner faute de pou­voir avan­cer l’ar­gent ». Se­lon les sta­tis­tiques du mi­nis­tère, bien que ces pa­tients sont théo­ri­que­ment pris en charge à 100 %, une femme en­ceinte avance 640 € au cours de sa gros­sesse, et un dia­bé­tique, 1 100 € par an.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.