L’As­su­rance ma­la­die va éco­no­mi­ser 1,4 Md€

Aujourd'hui en France - - ÉCONOMIE - DA­NIEL ROSENWEG

COMME POUR 2016, le mi­nis­tère de la San­té a pla­fon­né à 1,75 % la hausse des dé­penses de san­té rem­bour­sables en 2017. Pour te­nir cet ob­jec­tif, Nicolas Revel, le di­rec­teur de la Caisse na­tio­nale d’as­su­rance ma­la­die (Cnam), a trou­vé 1,4 Md€ d’éco­no­mies sur l’en­ve­loppe de dé­penses de 180 Mds€. En voi­ci les prin­ci­paux axes.

Sa­laires hos­pi­ta­liers : + 1,5 % maxi­mum. « Pour ne pas gé­né­rer de dé­fi­cit hos­pi­ta­lier », ex­plique la Cnam, les éta­blis­se­ments de san­té sont in­vi­tés à pour­suivre leur po­li­ti- que de maî­trise de la masse sa­la­riale. Comme de­puis 2015, elle de­vra se li­mi­ter à + 1,5 % en 2017, contre + 2,1 % en ten­dance ha­bi­tuelle.

430 M€ sur les pres­crip­tions de mé­di­ca­ments. Mieux pres­crire pour mieux dé­pen­ser, c’est la phi­lo­so­phie de la Cnam qui mi­lite pour « le juste soin ». Elle va donc une nou­velle fois se fo­ca­li­ser en 2017 sur les mé­de­cins qui ont ten­dance, com­pa­ré à nos voi­sins, à pres­crire sou­vent les der­nières in­no­va­tions qui ont le dé­faut d’être sou­vent les plus chères. Dans le collimateur aus­si, les an­ti­bio­tiques, tou­jours, les sta­tines, trop pres­crites, les nou­veaux an­ti­dia­bé­tiques… Cô­té dis­po­si­tifs mé­di­caux (pro­thèses…), la Cnam pro­pose pour les per­sonnes en af­fec­tion longue du­rée (ALD) de les ache­ter plu­tôt que de les louer.

100 M€ sur les ar­rêts de tra­vail. En 2014 et 2015, les ar­rêts de tra­vail sont re­par­tis à la hausse, pour un coût d’en­vi­ron 9 Mds€. Dif­fé­rentes mesures, du con­seil au pres­crip­teur en pas­sant par la ges­tion des risques en en­tre­prise, doivent per­mettre d’éco­no­mi­ser 100 M€.

230 M€ sur les gé­né­riques et si­mi­laires. Tou­jours en re­tard, la France doit ac­croître l’usage des gé­né­riques et de leur équi­valent pour les mé­di­ca­ments bio­lo­giques, les bio­si­mi­laires. A la clé, 230 M€ d’éco­no­mies.

200 M€ pour le virage am­bu­la­toire. La Cour des comptes es­time que la baisse des du­rées d’hos­pi­ta­li­sa­tion ap­por­tée par les nou­velles tech­niques chi­rur­gi­cales peut faire éco­no­mi­ser 5 Mds€. La Caisse na­tio­nale d’as­su­rance ma­la­die en at­tend 200 M€ pour 2017.

190 M€ sur les sor­ties pré­coces d’hô­pi­tal. 400 000 couples mère-en­fant bé­né­fi­cie­ront de Pra­do, un pro­gramme d’ac­com­pa­gne­ment au re­tour pré­coce à do­mi­cile. Autre pro­gramme, dé­dié à la chi­rur­gie, RAAC per­met­tra à 500 000 per­sonnes hos­pi­ta­li­sées de ren­trer chez elles plus vite en étant as­su­rées d’un sui­vi mé­di­cal. L’ob­jec­tif est là aus­si de ré­duire la du­rée d’hos­pi­ta­li­sa­tion.

D’autres éco­no­mies visent les ra­dio­logues, mas­seurs-ki­nés, am­bu­lan­ciers et la bio­lo­gie mé­di­cale.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.