La dé­ro­bade de Bo­ris John­son

Aujourd'hui en France - - POLITIQUE -

C’EST UN VÉ­RI­TABLE coup de théâtre. La dé­ci­sion de Bo­ris John­son, le lea­deur du camp du Brexit, de ne pas bri­guer la suc­ces­sion de Da­vid Ca­me­ron re­dis­tri­bue les cartes au sein du Par­ti conser­va­teur. « Je dois vous dire, mes amis, vous qui at­ten­dez la phrase choc de ce dis­cours, que je ne peux pas être cette per­sonne », a-t-il lan­cé à une as­sis­tance mé­du­sée. Même s’il sus­ci­tait une grogne crois­sante de­puis la vic­toire des pro-Brexit, per­sonne ne s’at­ten­dait à ce qu’il aban­donne.

La mi­nistre de l’In­té­rieur, The­re­sa May, et le mi­nistre de la Jus­tice, Mi­chael Gove, dont la can­di­da­ture sur­prise a été per­çue comme une tra­hi­son par John­son, sont les fa­vo­ris pour s’ins­tal­ler au 10, Dow­ning Street le 9 sep­tembre. The­re­sa May avait ral­lié Ca­me­ron pour dé­fendre un main­tien dans l’UE, mais cette eu­ros­cep­tique no­toire a mon­tré tel­le­ment peu d’em­pres­se­ment pen­dant la cam­pagne qu’elle a le pro­fil pour res­sou­der le par­ti. Mi­chael Gove jouit d’une ex­cel­lente ré­pu­ta­tion dans le par­ti. Reste à sa­voir com­ment se­ra per­çue sa volte-face. Trois autres can­di­dats sont en lice : le mi­nistre du Tra­vail, Ste­phen Crabb, l’ex-se­cré­taire d’Etat à la Dé­fense Liam Fox et la se­cré­taire d’Etat à l’Ener­gie, An­drea Lead­som.

En bref

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.