Dur, dur, le sport pour les dents des en­fants

SAN­TÉ. BMX, boxe, rugby... ces sports en vogue peuvent pro­vo­quer des chocs. Ce qui in­quiète les or­tho­don­tistes, qui ap­pellent les jeunes à mieux pro­té­ger leurs dents.

Aujourd'hui en France - - SOCIÉTÉ - CHRISTINE MATEUS

EN CETTE PÉ­RIODE de pré­ins­crip­tion pour les ac­ti­vi­tés pé­ri­sco­laires, la Fé­dé­ra­tion fran­çaise d’or­tho­don­tie (FFO) s’in­quiète de l’en­goue­ment pour les sports dits ex­trêmes. Ils sont, en ef­fet, res­pon­sables d’une aug­men­ta­tion des chocs sur les dents des jeunes. At­ten­tion, donc, au BMX, à la boxe ou au rugby… On dé­nombre chaque an­née plu­sieurs mil­liers d’ac­ci­dents im­pli­quant des trau­ma­tismes de la face liés à la pra­tique d’un sport, qui « peuvent al­ler d’un simple hé­ma­tome à des lé­sions des par­ties molles (NDLR : comme les lèvres ou la langue), jus­qu’à des trau­ma­tismes plus graves comme une ex­pul­sion de dents ou des frac­tures os­seuses », ex­plique le doc­teur JeanBap­tiste Ker­brat, sto­ma­to­logue à l’hô­pi­tal de la Pi­tié-Sal­pê­trière.

Por­tez des pro­tec­tions

De 12 à 18 ans, c’est l’âge des sports d’équipe (foot­ball, rugby…) ou de contact ( kick- boxing, f ull- contact…). Les bien­faits sont nom­breux : es­prit de com­pé­ti­tion, af­fir­ma­tion de soi au sein d’un col­lec­tif, res­pect des règles et de l’ad­ver­sai- re… Mais, pour les dents, les chutes, les coups, les chocs peuvent être re­dou­tables. La FFO re­com­mande donc le port d’un pro­tège-dents. « De nom­breuses études ont en ef­fet dé­mon­tré qu’il aide à pré­ve­nir des fê­lures et des frac­tures den­taires. Il pro­tège éga­le­ment les lèvres, les gen­cives ain­si que tous les autres tis­sus mous pré­sents dans la bouche. » Con­trai­re­ment à ce que l’on pour­rait croire, les en­fants por­tant un ap­pa­reil den­taire sont da­van­tage pro­té­gés. En ef­fet, en cas d’im­pact, la force du choc est ré­par­tie sur l’ensemble des dents, ce qui ne jus­ti­fie pas l’éco­no­mie d’un pro­tège-dents.

Consul­tez ra­pi­de­ment en cas de choc

Entre 7 et 10 ans, c’est l’âge de la trot­ti­nette, du rol­ler, du skate et du vé­lo. Si l’on pense sou­vent à leur pro­té­ger la tête, on ou­blie la den­ture. « Que la dent soit ou non cas­sée, un trau­ma­tisme est tou­jours une ur­gence. Plus la prise en charge est ra­pide, plus les chances de conser­ver la dent en bon état sont im­por­tantes », sou­ligne la FFO. Les ré­ac- tions des dents peuvent s’ob­ser­ver très long­temps après le choc. D’où la né­ces­si­té d’un sui­vi au long cours. Soyez at­ten­tif à tout signe de dou­leur (même si la dent a dû être dé­vi­ta­li­sée). Sur les dents de lait, toute dou­leur ou chan­ge­ment de cou­leur doit en­traî­ner un contrôle.

Sur­veillez les dents de lait

Entre 1 et 3 ans, dur, dur, de co­or­don­ner les mou­ve­ments et d’avoir des ré­flexes pro­tec­teurs en cas de chute. Bé­bé ap­prend à mar­cher mais les chutes sont nom­breuses et les pre­mières à en­cais­ser le choc sont les dents, sur­tout lors- que l es i nci­sives sont t rès en avant (car non pro­té­gées par les lèvres). En cas de trau­ma­tisme, consul­tez un chi­rur­gien-den­tiste ra­pi­de­ment, même pour les dents de lait.

Pour Léo­pold, 10 ans, qui pra­tique le rugby de­puis deux ans, en­fi­ler son pro­tège-dents est aus­si na­tu­rel que de chaus­ser ses cram­pons avant de fon­cer sur le ter­rain. Cette pe­tite pro­tec­tion li­mite les dé­gâts sur les dents en cas de choc.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.