Sanches s’en sou­vien­dra long­temps

Aujourd'hui en France - - L’ACTUALITÉ DES RÉGIONS - Mar­seille De notre envoyée spéciale SYL­VIE DE MACEDO

IL AU­RA TOUT don­né, jus­qu’au bout. ****Pour fi­na­le­ment cra­quer. Pour fi­na­le­ment lais­ser éclater sa joie au terme d’un match à haute in­ten­si­té***. Alors qu’une grande car­rière se pré­sente de­vant lui, Re­na­to Sanches gar­de­ra long­temps en mé­moire ce quart de fi­nale à Mar­seille, joué aux cô­tés de Ro­nal­do, guide su­prême de la jeune gé­né­ra­tion lu­si­ta­nienne. Comme le triple Bal­lon d’or, Re­na­to Sanches cu­mule les re­cords de pré­co­ci­té. Hier soir, le mi­lieu de ter­rain, âgé de 18 ans et 10 mois, est de­ve­nu le plus jeune joueur de la Se­lec­çao à être ti­tu­la­ri­sé pour un match d’un tour­noi ma­jeur.

Il a ain­si dé­trô­né le joueur du Real Ma­drid qui avait fait ses pre­miers pas sous ce maillot lors de l’Eu­ro 2004 à 19 ans. Les deux hommes par­tagent un autre point com­mun. Pour sa pre­mière ap­pa­ri­tion au Cham­pion­nat d’Eu­rope, Ro­nal­do avait mar­qué lors du match d’ou­ver­ture contre la Grèce (2-1).

Re­na­to Sanches a sui­vi son exemple en éga­li­sant d’une frappe du gauche contrée par Kry­cho­wiak (33e). Il entre de plain-pied dans l’his­toire en de­ve­nant le plus jeune joueur à mar­quer en phase à éli­mi­na­tion di­recte d’un Eu­ro. De­puis le dé­but de la com­pé­ti­tion, le mi­lieu de ter­rain avait dé­jà fait fortes im­pres­sions lors de ses en­trées en jeu.

Hier soir, il a en­core dé­mon­tré de grandes ca­pa­ci­tés tech­niques et phy­siques. Et un men­tal d’acier dans une par­tie cris­pante. Sanches est pour­tant en­core un no­vice dans le monde pro­fes­sion­nel. Is­su du centre de for­ma­tion du Ben­fi­ca Lis­bonne, il a dis­pu­té son pre­mier match avec l’équipe pre­mière en oc­tobre der­nier alors que Fer­nan­do San­tos l’a ap­pe­lé pour la pre­mière fois en sé­lec­tion en mars.

Il est au­jourd’hui la grande ré­vé­la­tion de l’Eu­ro. Le Bayern Mu­nich n’a d’ailleurs pas hé­si­té pour le re­cru­ter en si­gnant, fin mai, un chèque de 35 M€ (et 45 M€ de bo­nus éven­tuels) pour l’en­rô­ler cinq ans.

On ne sait pas en­core s’il connaî­tra un destin à la Ro­nal­do, ou à la Cla­rence See­dorf, son idole. Mais il a toutes les cartes en main.

Car à Mu­nich, il se­ra gui­dé par Car­lo An­ce­lot­ti qui avait dé­jà su ex­ploi­ter au mieux le talent du jeune Mar­co Ver­rat­ti au PSG. L’an­cien en­traî­neur pa­ri­sien ne cache d’ailleurs pas son ad­mi­ra­tion pour son nou­veau pou­lain : « Re­na­to Sanches est le meilleur joueur de cet Eu­ro, a-t-il dé­cla­ré dans les co­lonnes du jour­nal ita­lien Cor­riere del­lo Sport. C’est un phé­no­mène. »

Stade-Vé­lo­drome, hier. Re­na­to Sanches, 18 ans, a éga­li­sé pour le Por­tu­gal.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.