Le­clerc-Royal : je t’aime, moi non plus

DIS­TRI­BU­TION. La mi­nistre de l’Eco­lo­gie exige que l’en­seigne cesse d’uti­li­ser son image pour sa pu­bli­ci­té sur les sacs en plas­tique.

Aujourd'hui en France - - ÉCONOMIE - BÉ­RAN­GÈRE LE­PE­TIT

ELLE AVAIT donc 39 ans. De faux airs d’étu­diante. Une veste noir et blanc qui se­rait dé­mo­dée au­jourd’hui. Et une écharpe va­po­reuse nouée au­tour du cou. Uti­li­sait-elle des sacs plas­tique au su­per­mar­ché ? Mer­cre­di, il était en tout cas dif­fi­cile de pas­ser à cô­té de cette pho­to de Sé­go­lène Royal prise en 1992, qui s’éta­lait en gros plan dans toute la presse. Lan­cée par E. Le­clerc pour rap­pe­ler que l’en­seigne avait été la pre­mière à l’époque à in­ter­dire les sacs en plas­tique à la caisse, cette cam­pagne d’af­fi­chage n’est pas pas­sée in­aper­çue. Mais n’a pas été, semble-t-il, du goût de la mi­nistre de l’Eco­lo­gie. Par l’in­ter­mé­diaire d’un mail envoyé par son avo­cat, celle-ci a fait sa­voir hier au géant de la dis­tri­bu­tion qu’elle de­man­dait que cette cam­pagne de pu­bli­ci­té cesse illi­co. « Elle veut pro­té­ger son image », ex­plique l’en­seigne, la­co­nique. Mi­chel-Edouard Le­clerc s’est em­pres­sé de l’an­non­cer hier à la ra­dio. « Je suis cou­tu­mier des ta­qui­ne­ries », rap­pelle le PDG de l’en­seigne Le­clerc qui a bien connu, en son temps, celle qu’il ap­pelle en­core aff e c t ueu­se­ment Sé­gol è ne. C’ e s t d’ailleurs lui-même qui au­rait choi­si cette pho­to de son an­cienne co­pine de fa­cul­té de droit à Pa­ris I Pan­théon-Sor­bonne, où elle pa­raît plu­tôt à son avan­tage.

« On a pré­pa­ré l’ENA en­semble. Elle l’a eu, je l’ai ra­té. Elle était sans doute dé­jà au PS. Moi, en en­fant de Ro­card, j’étais au PSU. On n’était pas faits pour s’en­tendre », confie Mi­chel-Edouard Le­clerc, qui glisse au pas­sage que Sé­go­lène était « jo­lie et dy­na­mique » et qu’ils se sont re­croi­sés plu­sieurs fois à An­gou­lême (Cha­rente) lors du Fes­ti­val de la BD.

Sol­li­ci­té hier, le ca­bi­net de Sé­go­lène Royal n’a pas don­né suite. Une cer­ti­tude : la cam­pagne va ces­ser. Et pour cause. Elle n’a du­ré qu’une jour­née. « Un one shot », glisse Mi­chel- Edouard Le­clerc. Un coup d’une jour­née, donc, qua­rante-huit heures avant l’en­trée en vi­gueur hier de la loi in­ter­di­sant les sacs en plas­tique au su­per­mar­ché, loi por­tée par la même Sé­go­lène Royal. Au fi­nal, un

Une cam­pagne d’af­fi­chage d’une jour­née juste avant l’en­trée en vi­gueur de la loi in­ter­di­sant les sacs

jo­li coup de pub pour la mi­nistre et l’en­seigne. « Ga­gnant-ga­gnant », di­rait-on. Cette for­mule, qui avait fait flo­rès lors de la cam­pagne pré­si­den­tielle de Sé­go­lène Royal en 2007, est aus­si uti­li­sée dans les opé­ra­tions com­mer­ciales. Quand chaque par­te­naire se sou­cie de l’in­té­rêt de l’autre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.