Quels al­chi­mistes, ces Bog­da­nov !

FORT BOYARD. De­puis deux ans, Igor et Gri­ch­ka Bog­da­nov jouent les gen­tils sa­vants fous dans le jeu de France 2, dont la 27e sai­son dé­marre ce soir à 20 h 55. Avec des ex­pé­riences sou­vent sur­pre­nantes.

Aujourd'hui en France - - TÉLÉVISION ET MÉDIAS - Île-d’Aix (Cha­rente-Ma­ri­time) De notre envoyé spécial SYL­VAIN MERLE (AVEC E.B.)

ILS JOUENT avec de l’azote li­quide à −195 °C, du plomb en fu­sion, de l’eau io­dée ou en­core des gaz hi­la­rants… Dans leur com­bi­nai­son d’ar­gent, por­tant lu­nettes et gants de pro­tec­tion, les frères Igor et Gri­ch­ka Bog­da­nov re­prennent du ser­vice pour cinq émis­sions de la 27e sai­son de « Fort Boyard », qui dé­bute ce soir à 20 h 55 sur France 2.

« Fort Boyard est un lieu sur­gi de la qua­trième di­men­sion avec du rêve, de l’ima­gi­naire et de l’aven­ture, c’est un pe­tit peu l’équi­valent en té­lé et dans un dé­cor en 3D des Aven­tu­riers de l’arche per­due », s’en­thou­siasme Gri­ch­ka, que l’on ren­contre à cô­té de la salle du tré­sor. « Ça re­pré­sente l’ap­pel au dé­pas­se­ment de soi, comme la science, ajoute son frère. C’est donc avec une grande joie qu’on y re­vient. »

A eux, donc, la « Boyard Aca­de­my », l’an­cienne vi­gie du père Fou­ras, la­bo per­ché dans le­quel ils placent les can­di­dats face à des énigmes scien­ti­fiques aus­si­tôt mises en pra­tique dans des ma­ni­pu­la­tions sou­vent spec­ta­cu­laires.

Des ex­pé­riences tour­nées dans les condi­tions du di­rect, qu’il leur faut réa­li­ser en moins de cinq mi­nutes et to­ta­le­ment maî­tri­ser. « On est condam­né à réus­sir du pre­mier coup, on ne peut pas re­com­men­cer, il faut dont qu’on connaisse par­fai­te­ment les gestes à ef­fec­tuer », ex­plique Igor. « On ne peut pas se ra­ter, parce que la jour­née de tour­nage est telle qu’on n’au­rait pas le temps de la re­faire », confirme Ma­nu Blan­quet, le construc­teur en chef du « Fort », qui par­ti­cipe à toutes les phases d’éla­bo­ra­tion des énigmes des ju­meaux.

Ré­ac­tions chi­miques in­at­ten­dues

Ces le­çons de phy­sique-chi­mie sont donc mises au point très en amont, du­rant l’hi­ver, et af­fi­nées jus­qu’au der­nier mo­ment avec l’équipe de pro­duc­tion. « Il s’agit d’abord de sa­voir si c’est réa­li­sable au Fort, in­ter­vient Gri­ch­ka. Evi­dem­ment, dans la vi­gie, c’est très étroit et un peu confi­né, il faut qu’on par­vienne à faire l’ex­pé­rience là-haut. » C’est Ma­nu Blan­quet qui tranche, lui qui connaît le site par coeur et sait ce qu’on peut y faire ou pas. Pour contour­ner les contraintes liées au lieu, qui li­mite par­fois le ca­rac­tère spec­ta­cu­laire des ré­ac­tions, « cer­taines ma­ni­pu­la­tions se­ront ef­fec­tuées en ex­té­rieur, au pied de la vi­gie, et les ex­pli­ca­tions don­nées en haut », confie le construc­teur.

Et du spec­ta­cu­laire, il y en au­ra dans cette nou­velle sai­son. Entre l’ex­plo­sion d’un fût conte­nant plus de 2 000 balles de ping-pong, la dis­pa­ri­tion d’un bal­lon de bau­druche et sa ré­ap­pa­ri­tion avec de l’eau à l’in­té­rieur, ou en­core la for­ma­tion ins­tan­ta­née d’une mousse très in­va­sive, les ju­meaux scien­ti­fiques vont en mettre plein la vue. Des ex­pé­riences qui, une fois la liste éta­blie au prin­temps, ont toutes été tes­tées et re­tes­tées sur place. « On ap­plique la tech­nique de l’avia­tion, pré­cise Ma­nu Blan­quet. Tu fais, puis tu dé­montes, et tu re­montes tout et tu re­fais, et ce­la quatre fois de suite au mi­ni­mum. » Lors­qu’il ar­rivent à Fort Boyard, les frères Bog­da­nov ré­pètent gestes et textes. « On fait un fi­lage com­plet des cinq ex­pé­riences et, quand tout est au point, on ré­pète en­core chaque jour la sé­quence de l’émis­sion qu’on va tour­ner », ex­plique Igor.

Un ro­dage im­por­tant qui n’ex­clut pas les sur­prises. Les deux frères se sont ain­si lais­sé sur­prendre cette sai­son. « On a fait co­exis­ter du per­oxyde d’hy­dro­gène avec du per­man­ga­nate de po­tas­sium, et la ré­ac­tion a été in­croyable, s’amuse Gri­ch­ka. On sa­vait qu’on al­lait fa­bri­quer une mousse in­va­sive, mais le vent qui souf­flait très fort a pro­vo­qué une oxy­gé­na­tion beau­coup plus puis­sante que pré­vu, et le pro­duit qui au­rait dû se dé­ve­lop­per sur un mètre cube en­vi­ron a en­va­hi presque toute la vi­gie en quelques dixièmes de se­conde. Ce de­vait être la si­mu­la­tion d’un vol­can, pour le coup on l’a eu, le vol­can ! »

Et Igor de mon­trer une tache jau­nâtre sur sa com­bi­nai­son en ri­go­lant. « Ç’a été la­vé deux fois dé­jà, pouffe-t-il. Je me suis re­trou­vé cou­vert des pieds à la tête de cette boue jaune, j’avais un masque, heu­reu­se­ment. » Ces grands en­fants en ri­golent en­core. Le chan­teur Vian­ney, qui leur fai­sait face, aus­si. « C’était tel­le­ment drôle de les voir les pre­miers sur­pris par la ré­ac­tion chi­mique qu’ils avaient pro­vo­quée. »

Fort Boyard (Cha­rente-Ma­ri­time), le 1er juin. Valérie Da­mi­dot dans la Boyard Aca­de­my avec les frères Bog­da­nov.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.