Vingt otages as­sas­si­nés au Ban­gla­desh

TER­RO­RISME. L’as­saut d’un res­tau­rant à Dac­ca, re­ven­di­qué par Daech, s’est sol­dé par la mort d’au moins vingt per­sonnes. Les vic­times, pour l’es­sen­tiel ita­liennes et ja­po­naises, ont été triées puis mas­sa­crées.

Aujourd'hui en France - - ACTUALITÉ - I.G.

ONZE HEURES d’un huis clos san­glant. Le bi­lan de la prise d’otages dans un res­tau­rant de Dac­ca, la ca­pi­tale du Ban­gla­desh, dans la nuit de ven­dre­di à sa­me­di, s’est éta­bli hier à 20 morts. Les vic­times, prin­ci­pa­le­ment de na­tio­na­li­tés étran­gères, ont été t uées à l ’ arme blanche par sept as­saillants, dont six ont été abat­tus du­rant l’as­saut des forces d’élite lo­cales. Un mas­sacre im­mé­dia­te­ment re­ven­di­qué par Daech, alors que le mois du ra­ma­dan, que l’or­ga­ni­sa­tion ter­ro­riste pro­met­tait meur­trier, touche à sa fin.

Deux po­li­ciers ban­gla­dais ont été tués et une quin­zaine d’autres bles­sés. Neuf Ita­liens ont été tor­tu­rés et as­sas­si­nés, l’un d’eux reste por­té dis­pa­ru. Sept Ja­po­nais, des membres d’une or­ga­ni­sa­tion gou­ver­ne­men­tale d’aide éco­no­mique, fi­gurent aus­si par­mi les vic­times et deux étu­diants amé­ri­cains ori­gi­naires du Ban­gla­desh ont été re­trou­vés mort au pre­mier étage du res­tau­rant. Une étu­diante in­dienne de l’uni­ver­si­té ca­li­for­nienne de Ber­ke­ley fait éga­le­ment par­mi des vic­times. Ce ter­rible bi­lan pour­rait en­core s’alour­dir.

Ils de­mandent aux clients de ré­ci­ter des sou­rates du Co­ran

Les vic­times ont été triées par les as­saillants du res­tau­rant Ho­ley Ar­ti­san Ba­ke­ry, si­tué dans le quar­tier des am­bas­sades, en fonc­tion de leur re­li­gion. Le com­man­do a in­ves­ti l’éta­blis­se­ment en hur­lant « Dieu est le plus grand », a de­man­dé aux clients de ré­ci­ter les sou­rates du Co­ran pour prou­ver qu’ils étaient bien mu­sul­mans. Ceux qui ne l’étaient pas ont été en­voyés à l’étage où ils ont été tor­tu­rés puis égor­gés par leurs ra­vis­seurs. Les autres ont été épar­gnés.

Ce n’est qu’au bout de neuf heures que les forces de po­lice ont fi­na­le­ment don­né l’as­saut après un pre­mier es­sai avor­té au tout dé­but de la prise d’otages. C’est à ce mo­ment-là que deux membres des forces spé­cia- les de la po­lice ont été abat­tus par plu­sieurs ra­fales d’armes au­to­ma­tiques et de jets de gre­nades. Les ten­ta­tives de né­go­cia­tions pré­cé­dentes n’avaient pas abou­ti, le com­man­do se re­fu­sant à toute tran­sac­tion et ti­rant sur les forces de l’ordre. Cet as­saut tar­dif a néan­moins per­mis de sau­ver treize clients du res­tau­rant.

Fran­çois Hol­lande a ex­pri­mé hier « la so­li­da­ri­té de la France avec le Ban­gla­desh » après avoir condam­né « un at­ten­tat bar­bare » com­mis par le ter­ro­risme is­la­miste qui « frappe par­tout de fa­çon lâche et aveugle ». Le chef du gou­ver­ne­ment ita­lien, Mat­teo Ren­zi, a mar­te­lé : « Les ter­ro­ristes veulent ar­ra­cher ce qui fait le quo­ti­dien de nos vies et nous avons le de­voir d’af­fir­mer avec en­core plus de force nos va­leurs, des va­leurs de li­ber­té dont nous sommes fiers et qui sont plus fortes que la haine et la ter­reur. »

Par­mi les vic­times du ca­fé Ho­ley, il y avait Abin­ta Ka­bir, une étu­diante de 19 ans née au Ban­gla­desh mais ori­gi­naire de Mia­mi, qui ve­nait d’in­té­grer l’uni­ver­si­té Emo­ry à At­lan­ta. Elle de­vait pas­ser l’été avec sa fa­mille et ses amis avant de re­ve­nir aux Etats-Unis. La jeune femme, qui ne par­lait pas cou­ram­ment la langue lo­cale et ne connais­sait pas cer­tains ver­sets du Co­ran, a été as­sas­si­née par ses bour­reaux.

Même sort pour l’étu­diante in­dienne Ta­ru­shi Jain, 18 ans, ex-élève de l’école amé­ri­caine de Dac­ca et ve­nue au Ban­gla­desh rendre vi­site à son père. Elle ve­nait d’in­té­grer la pres­ti­gieuse uni­ver­si­té de Ber­ke­ley. At­taque meur­trière au Ban­gla­desh

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.