La mos­quée de Nice doit ou­vrir contre l’avis du maire

Aujourd'hui en France - - EN FRANCE - D.W.

LE PRÉ­FET des Alpes-Ma­ri­times a don­né son feu vert, hier, à l’ou­ver­ture, d’une mos­quée pou­vant ac­cueillir 800 fi­dèles à Nice, en conseillant à son ges­tion­naire de cou­per les ponts avec le pro­prié­taire saou­dien par le biais d’une do­na­tion.

L’ou­ver­ture de cette grande salle de prière dans l’ouest de Nice est com­bat­tue par l’ex-maire de Nice Ch­ris­tian Es­tro­si (LR), qui sou­ligne que les murs sont la pro­prié­té du mi­nistre saou­dien des Af­faires is­la­miques, Cheikh Sa­leh ben Ab­del Aziz Al-Cheikh. Mais l’élu a été dé­bou­té jeu­di par le Con­seil d’Etat, qui a es­ti­mé qu’il por­tait « une at­teinte grave et ma­ni­fes­te­ment illé­gale à la li­ber­té de culte », se­lon l’AFP. Le Con­seil d’Etat confir­mait une pre­mière dé­ci­sion du tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif de Nice da­tée du 6 juin.

Le nou­veau maire de la ville, Phi­lippe Pra­dal, et son pre­mier ad­joint, Ch­ris­tian Es­tro­si, qui avaient « vingt­quatre heures » à par­tir de ven­dre­di ma­tin pour don­ner leur au­to­ri­sa­tion à l’ou­ver­ture au pu­blic des lo­caux, ont no­ti­fié leur re­fus. « Nous re­fu­sons de faire cou­rir à la ville des risques d’ordre pu­blic, que ce soit sur les idées ou les pro­pos vé­hi­cu­lés au sein de cet éta­blis­se­ment dont le pro­prié­taire, nous le rap­pe­lons, prône la cha­ria », écrivent les deux élus.

Un ar­rê­té si­gné par la pré­fec­ture des Alpes-Ma­ri­times pu­blié hier per­met mal­gré t out à l a mos­quée d’ou­vrir im­mé­dia­te­ment ses portes. Le pré­fet des Alpes-Ma­ri­times, Adolphe Col­rat, pré­cise dans sa lettre au pré­sident de l’as­so­cia­tion cultuelle : « Je vous de­mande la plus grande pru­dence à l’égard des pré­di­ca­teurs ou des confé­ren­ciers ex­té­rieurs à votre as­so­cia­tion. » Il prend aus­si note des chan­ge­ments ap­por­tés à l’as­so­cia­tion, dé­sor­mais af­fi­liée à une fé­dé­ra­tion mu­sul­mane re­pré­sen­ta­tive du dé­par­te­ment.

Le dé­bat se trans­forme en lutte entre les par­tis

Le dé­pu­té LR des Alpes-Ma­ri­times et pré­sident du dé­par­te­ment Eric Ciot­ti a dé­non­cé ven­dre­di soir dans un com­mu­ni­qué « le double lan­gage du gou­ver­ne­ment en ma­tière de cul- tes ». « Sous cou­vert d’ap­pli­ca­tion d’une dé­ci­sion de jus­tice, l’Etat re­nonce à s’op­po­ser à la me­nace que font pla­ner le fi­nan­ce­ment saou­dien de cette struc­ture et l’in­fluence d’un pays étran­ger sur son fonc­tion­ne­ment », a-t-il in­di­qué. « La force est res­tée au droit et à la loi », s’est ré­joui l’élu mu­ni­ci­pal d’op­po­si­tion PS Pa­trick Al­le­mand. « C’est une vic­toire pour le droit des mu­sul­mans de Nice de pra­ti­quer leur culte dans la di­gni­té », a ajou­té une conseillère mu­ni­ci­pale Eu­rope Eco­lo­gie-les Verts, Ju­liette Ches­nel-Le Roux.

Nice (Alpes-Ma­ri­times), le 1er avril. Cette mos­quée fait dé­bat car elle ap­par­tient au mi­nistre saou­dien des Af­faires is­la­miques.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.