« Pas d’in­quié­tude à avoir pour Bolt »

Re­naud Lon­guèvre,

Aujourd'hui en France - - SPORTS - G.T.

ET SI USAIN BOLT n’était pas à Rio… L’in­cer­ti­tude plane sur la pré­sence de la star ja­maï­quaine, sex­tuple cham­pion olym­pique (100, 200 et re­lais 4 x 100 m), aux Jeux olym­piques de Rio (du 5 au 21 août), de­puis sa bles­sure, ven­dre­di soir, lors des sé­lec­tions na­tio­nales à King­ston. Vain­queur de la de­mi­fi­nale du 100 m, Bolt a dû dé­cla­rer for­fait pour la fi­nale en rai­son d’« une lé­sion mus­cu­laire à l’is­chio (gauche) de stade 1 (NDLR : le moins grave) », comme il l’a évo­qué après le diag­nos­tic à chaud du mé­de­cin. En clair, le roi du sprint, 2e meilleur chro­no en 2016 sur la ligne droite (9’’88) der­rière le Fran­çais Jim­my Vi­caut (9’’86), souffre d’une élon­ga­tion qui l’a aus­si em­pê­ché de se pré­sen­ter aux sé­ries du 200 m.

Ren­dez-vous à Londres le 22 juillet

Par chance pour lui, un ar­ticle du rè­gle­ment de la Fé­dé­ra­tion ja­maï­quaine sti­pule qu’en cas d’exemp­tion mé­di­cale pour bles­sure aux cham­pion­nats na­tio­naux, les ath­lètes clas­sés par­mi les trois meilleurs mon­diaux de la sai­son peuvent en­core être re­pê­chés, à condi­tion de prou­ver leur ap­ti­tude dans une pro­chaine com­pé­ti­tion. Ce que Bolt de­vra faire au mee­ting de Londres le 22 juillet, sur une dis­tance où il n’a au­cune ré­fé­rence cette an­née, à condi­tion d’être sur pied.

« Ça reste jouable si le co­mi­té olym­pique ja­maï­quain lui im­pose de cou­rir en vue des JO, consi­dère l’en­traî­neur fran­çais Re­naud Lon- guèvre. Une lé­sion de stade 1, ce n’est pas mé­chant. Au bout de deux jours, on ne res­sent plus de dou­leurs. Après, il suf­fit d’un peu de ren­for­ce­ment mus­cu­laire entre les mains d’un ki­né, de cinq-six jours de vé­lo puis de 2 à 3 séances… Il n’y a pas d’in­quié­tude à avoir. » A moins que la lé­sion ne se ré­vèle plus sé­rieuse. « Seule une écho ou une IRM peuvent vrai­ment li­vrer un diag­nos­tic sûr, mais il a quand même cou­ru avec la dou­leur, pour­suit Lon­guèvre. Si la lé­sion avait été plus im­por­tante, elle l’au­rait stop­pé net, en plein ef­fort. Il se se­rait alors te­nu la jambe en boi­tillant comme on l’a dé­jà vu avec d’autres ath­lètes. Main­te­nant, il n’a pas non plus le droit à l’er­reur dans son pro­ces­sus de gué­ri­son. »

King­ston (Ja­maïque), ven­dre­di. Usain Bolt a res­sen­ti une dou­leur à la cuisse gauche.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.