Nos si chers cou­sins ger­mains

Aujourd'hui en France - - LA UNE - CH­RIS­TOPHE BÉRARD

L’ AL­LE­MAGNE veut rou­ler en 4 x 4. Dé­jà nan­tie de quatre Coupes du monde, la Mann­schaft ajou­te­rait bien à son pal­ma­rès, di­manche pro­chain, un qua­trième titre de cham­pion d’Eu­rope après ceux de 1972, 1980 et 1996. Face aux Bleus, l’Al­le­magne par­ti­ra fa­vo­rite, quoi qu’en dise Ma­nuel Neuer. D’abord au nom du poids de l’his­toire.

Pour re­trou­ver trace d’une vic­toire bleue face à ses voi­sins dans une phase fi­nale d’Eu­ro ou de Mon­dial, il faut re­mon­ter à la Coupe du monde 1958 en Suède et un qua­dru­plé de Just Fon­taine lors de la fi­nale pour la troi­sième place (6-3). C’est dé­jà lar­ge­ment suf­fi­sant pour en­tre­te­nir un com­plexe d’in­fé­rio­ri­té. Pour ne rien ar­ran­ger, les hommes de Joa­chim Löw poussent le bou­chon de bière jus­qu’à être plus forts que ceux de Des­champs dans presque tous les do­maines. Les cham­pions du monde pos­sèdent, avec Ma­nuel Neuer, le meilleur gar­dien du monde. De­puis le dé­but de la com­pé­ti­tion, il n’a en­cais­sé qu’un seul but, sur pé­nal­ty, et s’est en­core mon­tré dé­ci­sif lors de la séance des tirs au but face à l’Ita­lie. La dé­fense est qua­si par­faite, sur­tout avec Jé­rôme Boa­teng, ex­cellent, sauf quand il se sert de ses mains. Après une phase de poules où elle s’est ré­glée, l’Al­le­magne est mon­tée en puis­sance. Et Löw, en ali­gnant no­tam­ment Ma­rio Go­mez en at­ta­quant axial, sem­blait avoir trou­vé la bonne for­mule.

Sans Hum­mels, Khe­di­ra et Go­mez

La chance des Bleus, c’est que cet équi­libre est re­mis en cause. La qua­li­fi­ca­tion contre l’Ita­lie a lais­sé des traces. Il y a d’abord la sus­pen­sion de Mats Hum­mels qui man­que­ra, aux cô­tés de Hö­wedes et Boa­teng dans la dé­fense à trois. Hum­mels, c’est le bour­reau des Fran­çais deux ans plus tôt à Rio en quarts de fi­nale. Tou­jours ça de pris au ni­veau psy­cho­lo- gique. Mais sur­tout, l’Al­le­magne doit aus­si com­po­ser avec deux nou­veaux for­faits. Sa­mi Khe­di­ra et Ma­rio Go­mez, bles­sés contre l a Squa­dra Az­zur­ra, ont fi­ni leur Eu­ro. Au mi­lieu, Khe­di­ra de­vrait être rem­pla­cé par l’ex­pé­ri­men­té Bas­tian Sch­weins­tei­ger même si ce der­nier souffre du ge­nou droit. Sur le pa­pier, c’est aus­si fort. Dans la réa­li­té, le Man­cu­nien est sur le dé­clin. Son en­trée en jeu n’a pas été une franche réus­site.

L’ab­sence de Ma­rio Go­mez est plus pro­blé­ma­tique. Rem­pla­çant en dé­but d’Eu­ro, le bu­teur du Be­sik­tas s’était ren­du in­dis­pen­sable en pointe par sa ca­pa­ci­té à jouer en point d’ap­pui pour ses co­équi­piers. Ma­rio Götze de­vrait le rem­pla­cer dans un rôle de faux 9 où il s’est mon­tré pour­tant dé­ce­vant. Suf­fi­sant pour faire ca­ler le 4 x 4 al­le­mand ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.