Uni­ver­si­té d’été du PS : une fac­ture à 800 000 € !

Aujourd'hui en France - - POLITIQUE - Ay­me­ric Bré­hier, se­cré­taire na­tio­nal char­gé de pré­pa­rer l’uni­ver­si­té d’été E.H.

« DANS UNE AT­MO­SPHÈRE mi­li­tante et convi­viale, ve­nez nom­breux pour par­ti­ci­per », in­vi­taient les so­cia­listes. Ra­té ! Le PS se di­rige vers une sus­pen­sion, voire une an­nu­la­tion de son uni­ver­si­té d’été qui de­vait se dé­rou­ler à Nantes (Loire-At­lan­tique) le der­nier week-end d’août. Mo­tif ? « Les risques de violences », a jus­ti­fié le pre­mier se­cré­taire Jean-Ch­ris­tophe Cam­ba­dé­lis, qui pren­dra sa dé­ci­sion dé­fi­ni­tive cette se­maine.

Tout était qua­si­ment prêt. « Ça fait six mois qu’on est des­sus… », sou­pire Ay­me­ric Bré­hier, se­cré­taire na­tio­nal char­gé de pré­pa­rer ce ren­dez-vous. Des ate­liers sur une quin­zaine de thèmes, de « la crise des ré­fu­giés » à « l’Eu­rope d’aprèsB­rexit » , étaient pro­gram­més. Entre 3 000 et 4 000 per­sonnes étaient at­ten­dues pour un bud­get d’or­ga­ni­sa­tion éva­lué à 800 000 € en­vi­ron, à la charge du PS. Mais, se dé­sole Bré­hier, « si c’est pour mettre en dan­ger la sé­cu­ri­té des par­ti­ci­pants, ce n’est pas la peine ».

De­puis plu­sieurs jours, la di­rec­tion du PS re­ce­vait des alertes du mi­nis­tè- re de l’In­té­rieur. Des me­naces cir­cu­laient sur les ré­seaux so­ciaux. Au der­nier poin­tage, près de 50 at­taques de per­ma­nences par­le­men­taires ou de lo­caux du PS ont de fait été re­cen­sées en France. « L’uni­ver­si­té d’été de­ve­nait une cible », as­sure l’en­tou­rage du pa­tron du PS. Et Jo­han­na Rol­land, la maire PS de Nantes, dont le centre-ville a été van­da­li­sé en marge des cor­tèges contre la loi Tra­vail, a fait pres­sion. La jeune maire se frot­tait pour­tant les mains à l’idée de suc­cé­der à La Ro­chelle (Cha­rente-Ma­ri­time) pour ac­cueillir les mil­liers de so­cia­listes.

Mais c’était avant les mo­bi­li­sa­tions contre la loi El Khom­ri et, sur­tout, avant la vic­toire du oui au ré­fé­ren­dum sur le fu­tur aé­ro­port de No­treDame-des-Landes (Loire-At­lan­tique) le 26 juin. Plu­sieurs ras­sem­ble­ments étaient dé­jà pré­vus aux abords du centre des congrès. D’au­tant que Ma­nuel Valls, bête noire des op­po­sants à la loi Tra­vail et des za­distes qui oc­cupent le fu­tur aé­ro­port, était, comme tous les ans, an­non­cé à l’uni­ver­si­té d’été…

« Si c’est pour mettre en dan­ger les par­ti­ci­pants, ce n’est pas la peine »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.