Une as­su­rance moins chère grâce au sport ou au bio

PRÉVOYANCE. Ge­ne­ra­li Al­le­magne ré­com­pense ses clients ac­cep­tant que leur hy­giène de vie soit sur­veillée. Un type d’as­su­rance qui se­ra pro­po­sé en France l’an pro­chain.

Aujourd'hui en France - - ÉCONOMIE - Ber­lin (Al­le­magne) De notre cor­res­pon­dant CH­RIS­TOPHE BOURDOISEAU Propos re­cueillis par QUEN­TIN VASLIN

MANGEZ BIO, ar­rê­tez de fu­mer, mar­chez ré­gu­liè­re­ment et vous se­rez ré­com­pen­sé par votre as­su­reur ! C’est le contrat que pro­pose l’as­sur eur i t al i en Ge­ne­ra­li de­puis l e 1er juillet en Al­le­magne : une « as­su­rance au com­por­te­ment » qu’il compte lan­cer en France l’an­née pro­chaine. Un type de contrat in­édit. Les assureurs sont en ef­fet cou­tu­miers des ques­tion­naires de santé, les mon­tants des primes va­riant en fonc­tion de l’âge et des an­té­cé­dents mé­di­caux. Mais qu’un as­su­reur fixe ses ta­rifs en fonc­tion du mode de vie de ses as­su­rés — en les sur­veillant —, c’est une pre­mière. En ré­su­mé, ceux qui pren­dront soin de leur santé se­ront ré­com­pen­sés avec des ré­duc­tions de prime de 11 à 16 % ou des bons de ré­duc­tion chez les par­te­naires (grands ma­ga­sins, agences de voyages, etc.). Il n’y a pas de sanc­tion pour ceux qui ne par­ti­cipent pas au pro­gramme. Il reste fa­cul­ta­tif, pro­met Ge­ne­ra­li.

Un bi­lan de santé dans une phar­ma­cie agréée

Li­mi­té dans un pre­mier temps aux contrats de prévoyance (cou­vrant les aléas de la vie tels un dé­cès, une in­va­li­di­té ou des frais mé­di­caux en cas d’hos­pi­ta­li­sa­tion), le pro­gramme Vi­ta­li­ty com­mence par un bi­lan de santé dans une phar­ma­cie agréée par l’as­su­reur pour dé­ter­mi­ner votre état phy­sique. Vous ob­tien­drez en­suite des points en fonc­tion de vos ef­forts de re­mise en forme.

« Nous pro­té­geons nos clients en fai­sant de la pré­ven­tion et en ré­dui­sant les risques », in­siste Gio­van­ni Li­ve­ra­ni, pré­sident de Ge­ne­ra­li en Al­le­magne, per­sua­dé que ce sys­tème pro­fi­te­ra à toute la so­cié­té grâce une baisse des coûts de la santé.

Mais il ne suf­fit pas de s’ins­crire dans un salle de fit­ness. Il faut y al­ler ! Pour ga­gner des points, les par­ti­ci­pants peuvent aus­si cu­mu­ler les achats dans les su­per­mar­chés bio, faire des vi­sites pré­ven­tives chez le mé­de­cin, comp­ta­bi­li­ser le nombre de pas ef­fec­tués chaque jour grâce à une ap­pli­ca­tion An­droid. Les don­nées sont en­suite sai­sies par l’as­su­ré sur un site In­ter­net. Pour as­su­rer la confi­den­tia­li­té, toutes ces in­for­ma­tions sont trans­mises à une so­cié­té « écran » qui dé­ter­mine le pro­fil de l’as­su­ré. L’as­su­reur ne re­çoit rien d’autres que son sta­tut : « bronze », « ar­gent », « or » ou « pla­tine ». « L’as­su­ré reste maître de ses don­nées et il choi­sit de don­ner celles qu’il sou­haite trans­mettre », in­siste Ge­ne­ra­li.

Pour les as­so­cia­tions de consom­ma­teurs, Vi­ta­li­ty consti­tue un pre­mier pas vers la trans­pa­rence ab­so­lue du ci­toyen. les assureurs fi­ni­ront par dic­ter à terme notre ma­nière de vivre, craignent-elles. « La ques­tion es­sen­tielle est donc de sa­voir si nous ac­cep­tons de pri­va­ti­ser nos po­li­tiques de santé. Est-ce aux assureurs de nous dire ce qu’il faut man­ger, faire ou fu­mer ? Non, c’est au Par­le­ment », in­siste Lars Gat­schke, por­te­pa­role d’une grande as­so­cia­tion al­le­mande de consom­ma­teurs. « Par ailleurs, il existe un droit : ce­lui de ne pas se com­por­ter sai­ne­ment », ajoute-t-il. Par­mi les concur­rents de Ge­ne­ra­li, la mé­thode est très loin de faire l’una­ni­mi­té. « Nous re­fu­sons de pis­ter nu­mé­ri­que­ment les ac­ti­vi­tés de nos clients nuit et jour », a ré­agi le lea­deur eu­ro­péen, Al­lianz. Mais Lars Gat­schke n’y croit pas une se­conde : « At­ten­dons de voir ce que les autres fe­ront dans dix ans. »

Avoir une bonne hy­giène de vie et com­mu­ni­quer des don­nées le prou­vant à son as­su­reur pour payer une prime moins éle­vée, c’est ce que pro­pose la so­cié­té Ge­ne­ra­li en Al­le­magne de­puis le 1er juillet.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.