Sus­pense à l’écos­saise

Aujourd'hui en France - - LOISIRS ET SPECTACLES - OLI­VIER BU­REAU

UN HOMME se ré­veille, amné­sique sur la plage d’une île du nord-ouest de l’Ecosse… Le dé­but des « Dis­pa­rus du phare » de Pe­ter May a un air de dé­jà-vu. Pour­tant, la res­sem­blance avec la BD « XIII » ou le Ja­son Bourne de Ro­bert Lud­lum s’ar­rête là. Son hé­ros, que l’on suit à la pre­mière per­sonne, n’a rien à voir avec un su­per-es­pion. Pe­ter May, qui a dé­jà uti­li­sé le nord du Royau­meU­ni comme cadre d’une tri­lo­gie écos­saise, évoque ici une cé­lèbre his­toire qui re­monte à un siècle, ce mys­tère des gar­diens de phare dis­pa­rus, mais pas uni­que­ment.

En apnée

Im­pos­sible de de­vi­ner si le coeur de l’in­trigue est un crime cra­pu­leux, une ven­geance, ou autre chose… Il em­mène le lecteur sur les sen­tiers ro­cailleux de ces îles bat­tues par les t e mpêtes. La q uê t e d’iden­ti­té vire peu à peu au th­riller éco­lo. Im­pos­sible d’en dire plus sans en dire trop.

L’au­teur, amou­reux de la France puis­qu’il y vit — dans le Lot — et qu’il vient même d’ob­te­nir la na­tio­na­li­té fran­çaise, dé­crit aus­si bien la na­ture qu’il peint ses per­son­nages, de l’amné­sique au flic be­don­nant en pas­sant par l’ado­les­cente dont il évite de faire une tête à claques. Il fait preuve d’une réelle em­pa­thie avec tous. Ré­sul­tat, nous aus­si, nous nous at­ta­chons à eux.

Et quand tout s’ac­cé­lère, que les fausses pistes fi­nissent par se re­joindre, ter­mi­né l’as­pect contem­pla­tif, place à l’ac­tion par­fai­te­ment re­la­tée. Le seul risque est de ter­mi­ner « les Dis­pa­rus du phare » en apnée ! Le ro­man a aus­si un autre ef­fet se­con­daire, une fu­rieuse en­vie de prendre l’avion et de s’en­vo­ler vers l’Ecosse.

En­fin, dé­tail de taille, la cou­ver­ture du livre est splen­dide !

Pe­ter May, Ed. Rouergue noir. 315 pages, 22,50 €.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.