L’ul­time clin d’oeil du « Zap­ping »

Aujourd'hui en France - - TÉLÉVISION ET MÉDIAS - CHAR­LOTTE MO­REAU

En vingt-sept ans de vi­gi­lance sur Ca­nal +, ils étaient de­ve­nus les spé­cia­listes du mes­sage co­dé, du mon­tage ta­quin, du sous-texte en­ga­gé. De­puis 1989, le « Zap­ping », il fal­lait le re­gar­der, mais sur­tout le lire, entre les lignes. Et pour son ul­time édi­tion sur Ca­nal + ce sa­me­di mi­di, le pro­gramme court gou­pillé par Pa­trick Me­nais et ses douze gâ­chettes n’a pas failli à sa lé­gende. Quatre mi­nutes et de­mie d’ac­tu pure, puis quatre-vingt­dix se­condes de clins d’oeil à sa propre dis­pa­ri­tion. Le mot « pa­rias » pro­po­sé par un can­di­dat des « Chiffres et des lettres ». Les images d’une mai­son s’ef­fon­drant en di­rect au Ja­pon, comme un écho à l’édi­fice Ca­nal +. Bruce Tous­saint, Lau­rence Haïm, Emi­lie Besse et leurs adieux in­quiets aux ré­dac­tions, pri­vés de JT à la ren­trée sur la chaîne cryp­tée. Mais aus­si Ar­thur mar­te­lant « ce n’est pas mort tant que ce n’est pas en­ter­ré » à la fin de son éphé­mère « Cinq à Sept » sur TF 1. Que les zap­peurs re­viennent un jour ou ja­mais, jus­qu’à la fin, la té­lé­com­mande se­ra res­tée dans leurs mains.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.