L’Al­le­magne veut ou­blier le pas­sé

Aujourd'hui en France - - L’ACTUALITÉ DES RÉGIONS - Evian-les-Bains (Haute-Sa­voie) De notre cor­res­pon­dant AN­THO­NY FAURE

VIC­TO­RIEUSE au for­ceps de l’Ita­lie en quarts de fi­nale (1-1, 6-5 aux tirs au but), l’Al­le­magne ne bombe pas le torse à l’heure de re­trou­ver son voi­sin fran­çais, jeu­di à Mar­seille. Et pour­tant, lors des trois der­niers af­fron­te­ments entre les deux pays dans une grande com­pé­ti­tion, à chaque fois la Na­tio­nal­mann­schaft a dou­ché les es­poirs des Tri­co­lores (Mon­diaux 1982, 1986 et 2014). « La bête noire, ça ne veut rien dire. Le pas­sé ne compte pas, mar­tèle le sé­lec­tion­neur al­le­mand, Joa­chim Löw. Au­jourd’hui, la France et l’Al­le­magne ont à peu près le même ni­veau. La France res­semble à l’Ita­lie, même si les Fran­çais sont un peu moins dé­fen­sifs que les Tran­sal­pins. »

Des ab­sents de marque face à la France

De­puis le camp de base d’Evianles-Bains, sur les bords du lac Lé­man, le sé­lec­tion­neur al­le­mand a d’autres pro­blèmes à ré­gler. Le match contre les hommes de Conte a lais­sé des traces. Le dé­fen­seur cen­tral Mats Hum­mels, sus­pen­du, va ra­ter les re­trou­vailles avec les Bleus. Comme Ma­rio Go­mez for­fait pour la suite du tour­noi et Sa­mi Khe­di­ra in­cer­tain pour une fi­nale éven­tuelle.

Bas­tian Sch­weins­tei­ger, tou­ché au ge­nou droit, s’est conten­té de faire du vé­lo hier. Il est lui aus­si très dou­teux pour le match de jeu­di. « Je ne pren­drai pas le risque de faire dé­bu­ter un joueur qui n’est pas à 100 % », pré­vient Löw.

Dans l’en­tre­jeu, Emre Can tient la corde pour être as­so­cié à To­ni Kroos. De­vant, Ma­rio Götze de­vrait rem­pla­cer Go­mez.

Les pro­chains ad­ver­saires des Bleus s’en­traînent en­core au­jourd’hui et de­main en Haute-Sa­voie avant de quit­ter dé­fi­ni­ti­ve­ment Evian-les-Bains de­main après-mi­di (ils ne re­vien­dront pas, même en cas de qua­li­fi­ca­tion pour la fi­nale). A Mar­seille, ils se­ront sou­te­nus par l’Al­le­magne en­tière et aus­si par quelques Evia­nais, sé­duits par les cham­pions du monde en titre. « Je pen­sais voir des stars, j’ai vu des joueurs abor­dables et su­per sym­pas », s’en­thou­siasme Mou­rad, vo­lon­taire et en­traî­neur d’un club de foot lo­cal.

Ces der­niers jours, dans les ruelles de la paisible ville ther­male, les Al­le­mands ont même pro­fi­té des res­tau­rants, de la pis­cine et du golf. Cer­tains ont même pi­qué une tête dans le lac Lé­man. Même le dé­pu­té-maire, Marc Fran­ci­na, ne sait plus où don­ner de la tête : « Le match de jeu­di me stresse un peu. Et pour­tant je ne suis pas un foo­teux. J’ai­me­rais que la France gagne… mais que l’Al­le­magne gagne aus­si. Je suis très par­ta­gé. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.