Ben Ar­fa aus­si rêve plus grand

Aujourd'hui en France - - SPORTS - YVES LE­ROY AVEC D.S.

HA­TEM BEN AR­FA a fait des pre­miers pas re­mar­qués à Pa­ris, « l’un des plus grands clubs du monde », se­lon ses mots. Pour sa pre­mière vraie jour­née de joueur du PSG, hier, son pro­gramme était dense : pré­sen­ta­tion of­fi­cielle, à 15 heures, puis pre­mier en­traî­ne­ment au camp des Loges, à 19 heures.

L’ex-Ni­çois, un peu ten­du, a eu le temps de glis­ser quelques mes­sages forts. Le PSG peut-il l’ai­der à de­ve­nir l’un des cinq meilleurs joueurs du monde ? « Bien sûr », ré­pond-il, dé­fi­ni­tif. La com­pa­ti­bi­li­té de son ca­rac­tère avec ce­lui d’autres stars ?

« Vous al­lez voir que je suis prêt et que ça va bien se pas­ser », pro­met-il. On le sent moins consen­suel, par mo­ments. Lors­qu’il cite Nice plu­tôt que Lyon en tête des clubs im­por­tants pour lui. Même mise au point sur son ab­sence des Bleus : « Si on m’avait don­né le choix entre l’Eu­ro et le PSG, j’au­rais choi­si Pa­ris. Ça com­pense lar­ge­ment. » Ben Ar­fa, 29 ans, a aus­si ex­pli­qué le choix de son nu­mé­ro de maillot, le 21, qui s’af­fiche en tête de gon­dole à la bou­tique du club : « C’est parce que j’aime bien l’Equipe 21. » S’il est un fi­dèle de « l’Equipe du soir », c’est aus­si sa vo­lon­té de se sin­gu­la­ri­ser et d’écrire sa propre his­toire, plu­tôt que de se pla­cer en hé­ri­tier d’an­ciens Pa­ri­siens, qui l’a mo­ti­vé.

Il veut « don­ner de l’émo­tion »

Après avoir po­sé avec son maillot dans un Parc des Princes à qui il veut « don­ner de l’émo­tion », Ben Ar­fa a pris la di­rec­tion du Camp des Loges.

Pour sa pre­mière séance d’en­traî­ne­ment, HBA était tel un élève à la ren­trée sco­laire. On est stu­dieux, dis­cret, et on cherche à dis­cu­ter avec les têtes qu’on connaît un peu. Il a no­tam­ment échan­gé quelques mots avec Da­vid Luiz, avec qui il avait noué de bonnes re­la­tions au cours des op­po­si­tions en Ligue 1, tout comme avec Thia­go Sil­va. On l’a aus­si vu dis­cu­ter avec Au­rier, Kur­za­wa ou Ra­biot, tous trois amis dans le ves­tiaire.

On sen­tait le drib­bleur pres­sé de re­trou­ver le bal­lon, s’of­frant quelques jongles dès que pos­sible. Les jeux à une ou deux touches de balle ne lui ont pas trop per­mis de ré­ga­ler ses co­équi­piers, mais l’heure vien­dra. En at­ten­dant, le néo-Pa­ri­sien af­firme à ses proches na­ger en plein bon­heur. Il vise la Ligue des cham­pions et veut jouer la Coupe du monde 2018, fi­dèle à la de­vise du club, « Rê­vons plus grand ».

Nas­ser Al-Khe­lai­fi et Unai Eme­ry à la ren­contre des ultras. Hier après-mi­di, à l’is­sue de leur confé­rence de presse, le pré­sident et le nou­vel en­traî­neur du PSG, ac­com­pa­gnés d’Ha­tem Ben Ar­fa, sont ve­nus sa­luer en­vi­ron 250 sup­por­teurs, ras­sem­blés de­vant le Parc des Princes et is­sus du col­lec­tif Ultras Pa­ris. Une ren­contre ra­pide mais sym­bo­lique qui tra­duit une évo­lu­tion ré­cente de la di­rec­tion du PSG à l’égard des groupes ultras ban­nis du Parc de­puis le plan Le­proux en 2010.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.