Char­bon : une pol­lu­tion sans fron­tières

SAN­TÉ. Chaque an­née en France, près de 1 400 per­sonnes meurent pré­ma­tu­ré­ment à cause des pous­sières de char­bon émises par les cen­trales de nos voi­sins.

Aujourd'hui en France - - SOCIÉTÉ - ÉLO­DIE CHERMANN

NON, la France n’en a pas fi­ni avec le char­bon. D’après une étude pu­bliée hier par les ONG WWF, Al­liance pour la san­té et l’en­vi­ron­ne­ment (Heal), Ré­seau ac­tion cli­mat-Eu­rope (CAN Eu­rope) et Sand­bag, les émis­sions de pous­sières de char­bon causent près de 1 400 décès pré­ma­tu­rés dans l’Hexa­gone chaque an­née.

Nos ins­tal­la­tions, qui se comptent sur les doigts d’une main, n’y sont pas pour grand-chose. La faute re­vient es­sen­tiel­le­ment à celles de nos voi­sins al­le­mands, bri­tan­niques, po­lo­nais, es­pa­gnols et tchèques. « Dans l’ima­gi­naire col­lec­tif, le char­bon ren­voie au XIXe siècle, au temps des ma­chines à va­peur, constate Be­noît Hart­mann, porte-pa­role de France Na­ture En­vi­ron­ne­ment. Or il re­pré­sente en­core 24 % du mix éner­gé­tique en Eu­rope et 18 % des émis­sions de gaz à ef­fet de serre. »

Un coût sa­ni­taire de 62,3 Mds€

Le fruit d’une étrange ré­ac­tion en chaîne. « Quand les Etats-Unis ont mis la prio­ri­té sur le gaz de schiste il y a une di­zaine d’an­nées, la de­mande de char­bon a chu­té et avec elle son prix. Dès lors, cer­tains pays dont la Po­logne et l’Al­le­magne ont pro­fi­té de l’au­baine pour rou­vrir des cen­trales. » Le hic, c’est que le char­bon émet à la fois du di­oxyde de soufre et des par­ti­cules fines, les plus dan- ge­reuses pour la san­té. « Quand elles at­teignent le pou­mon pro­fond, ces suies pro­voquent une ré­ponse in­flam­ma­toire qui peut se tra­duire par des pa­tho­lo­gies res­pi­ra­toires comme les bron­chites ou les crises d’asthme, ex­plique Fran­ce­lyne Ma­ra­no, pro­fes­seur émé­rite de bio­lo­gie et de toxi­co­lo­gie à l’uni­ver­si­té Pa­ris-Di­de­rot. Dans cer­tains cas, elles peuvent se pro­pa­ger dans le sang avec le risque d’en­traî­ner un ac­ci­dent car­diaque, voire, chez les per­sonnes fra­giles, la mort. »

Ain­si, les coûts sa­ni­taires liés au char­bon se se­raient éle­vés à plus de 62,3 Mds€ en 2013. « Les pol­lu­tions ne connaissent pas de fron­tières ! rap­pelle Pas­cal Can­fin, di­rec­teur gé­né­ral du WWF France. Quand un pays se re­met au char­bon, ce sont tous ses voi­sins qui en font les frais. » Sans au­cun moyen de s’en pré­mu­nir.

« L’arbre du char­bon ne doit ce­pen­dant pas ca­cher la fo­rêt du die­sel », in­siste Franck La­val, porte-par ol e d’ Eco­lo­gie s ans f r on­ti è r e . « Chaque an­née, en Eu­rope, 450 000 per­sonnes meurent à cause de la qua­li­té de l’air. Et les pre­mières tou­chées par le risque de ma­la­dies car­dio-vas­cu­laires sont celles qui vivent dans une bande de 300 m au­tour des grands axes rou­tiers. Il ne faut pas se trom­per de com­bat ! »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.