Les joueurs com­blés

Aujourd'hui en France - - L’ACTUALITÉ DES RÉGIONS - J.L. (AVEC B.M.)

BIEN EN­TEN­DU, les joueurs de l’équipe de France ont sa­vou­ré leur qua­li­fi­ca­tion face à l’Is­lande, ba­layée 5-2 pour se his­ser en de­mi-fi­nale. Mais avant des re­trou­vailles avec l’Al­le­magne tein­tées d’un par­fum de re­vanche, les Bleus ont sur­tout ap­pré­cié la com­mu­nion avec le pu­blic du Stade de France, un pu­blic ré­pu­té dif­fi­cile et ver­sa­tile.

« On est com­blés par l’en­goue­ment au­tour de l’équipe de France, tout le bon­heur qu’on pro­cure. Tout le monde a vu notre com­mu­nion ce soir (di­manche) », se fé­li­cite Blaise Ma­tui­di, qui a beau­coup échan­gé avec tous ses co­équi­piers sur ce nou­vel en­goue­ment. Ja­mais, ces Bleus-là n’avaient connu une telle connexion avec leurs sup­port e ur s . La pl upart d’ e nt r e e ux avaient jusque-là sur­tout ex­pé­ri­men­té les sif­flets, l’in­dif­fé­rence, les doutes et un cer­tain mal-être. Les temps changent.

Joie, fier­té, pas­sion

De­puis le dé­but de l’Eu­ro, les co­équi­piers de Llo­ris ne sentent que de la joie, de la fier­té, de la pas­sion, des en­cou­ra­ge­ments… « L’am­biance était in­croyable contre l’Is­lande. On a be­soin de ce sou­tien. On se sent ai­més, pous­sés par les sup­por­teurs, et on es­saye de leur rendre tout cet amour sur le ter­rain, par nos per­for­mances et par le plai­sir qu’on leur donne », pour­suit Oli­vier Gi­roud.

Avant la ren­contre face aux Is­lan­dais, les Tri­co­lores sont al­lés sa­luer les fans en bas de la tri­bune Nord du Stade de France. Ils y sont re- tour­nés après le match pour un grand mo­ment : main dans la main et bras en l’air à l’unis­son avec leurs sup­por­teurs pen­dant une di­zaine de se­condes, ils ont vi­bré. « On sent une vé­ri­table éner­gie po­si­tive au­tour de nous. Les sup­por­teurs sont der­rière nous. C’est un vrai kop qu’on a dé­sor­mais. Ce­la a dé­bu­té lors de France - Ukraine (barr a g e s d u Mon­di a l e n n o v e mbre 2013). Ce jour-là, on sen­tait en en­trant sur le ter­rain que ça al­lait pas­ser », as­sure Pa­trice Evra.

L’élan au­tour des Bleus n’est pas près de re­tom­ber. Au contraire, de­main à Mar­seille, dans un Sta­deVé­lo­drome en fu­sion, les joueurs s’at­tendent même à ce qu’ils fran­chissent un pas sup­plé­men­taire. Mous­sa Sissoko : « On l’a en­core en tra­vers de la gorge »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.