C’est plus qu’un match !

FOOT­BALL. Pour af­fron­ter le Por­tu­gal di­manche à Saint-De­nis, les Bleus ont une mon­tagne à gra­vir, face à un ri­val his­to­rique.

Aujourd'hui en France - - ILS FONT DE LA FRANCE L’AUTRE PAYS DU MANGA - O.B. Mar­seille (Bouches-du-Rhône) De notre en­voyé spé­cial Di­dier Des­champs, le sé­lec­tion­neur VIC­TOR TAS­SEL M. A M.A. DO­MI­NIQUE SÉ­VÉ­RAC M.A.

TF 1 ET BEIN SPORTS 1 , 21 HEURES

Si la droite n’a pas dé­po­sé de mo­tion de cen­sure en ri­poste au 49-3 sur la loi Tra­vail, c’est pour évi­ter une pro­cé­dure qui n’avait au­cune chance d’abou­tir. C’est, du moins, la ver­sion of­fi­cielle. Car hier, une ex­pli­ca­tion moins avouable cir­cu­lait dans les cou­loirs de l’As­sem­blée… « Si nous avions dé­po­sé une nou­velle mo­tion de cen­sure, le débat au­rait très cer­tai­ne­ment eu lieu ce jeu­di après­mi­di et en dé­but de soi­rée, en plein match, avec le risque de voir nos rangs to­ta­le­ment dé­gar­nis. On n’au­rait pas eu l’air bête, on se se­rait fait mas­sa­crer ! » avoue le dé­pu­té LR Be­noist Ap­pa­ru. POUR BEAU­COUP, l’Eu­rope reste un rêve. C’est un sen­ti­ment qui tra­ver­se­ra, à coup sûr, le vain­queur du match Al­le­magne-France ce soir, de­mi-fi­nale de l’Eu­ro 2016, aus­si in­cer­taine que pas­sion­nante. Par ces nuits d’été qui res­tent pour l’éter­ni­té, les Bleus cherchent une lu­mière nou­velle qui les éclai­re­rait jus­qu’au 10 juillet, quand ar­rivent les triomphes d’une vie. Des­champs, Zi­dane et Blanc sont nés un 12 juillet. Trou­ver leur voie ac­tuelle et lac­tée leur per­met­trait de vi­ser les étoiles, même s’ils ont da­van­tage de chances d’y ar­ri­ver en ca­drant qu’en trou­vant le ciel. Puisque le bon­heur se mé­rite, les hommes de Di­dier Des­champs doivent chan­ger l’his­toire et, avec l’Al­le­magne, on ne sau­rait dire mieux. Bour­reau de la gé­né­ra­tion Pla­ti­ni en 1982 et 1986, cas­sante, vic­to­rieuse puis cham­pionne du monde il y a deux ans, la Mann­schaft En France, la pro­duc­ti­vi­té ho­raire est de 45,40 €, contre 42,60 € pour nos voi­sins al­le­mands. L’arbre qui cache la fo­rêt. Les Al­le­mands tra­vaillent pour­tant plus que nous. Outre-Rhin, les sa­la­riés à temps plein com­pilent 1 847 heures par an contre 1 661 heures en France, se­lon Eu­ro­stat. Sur­tout, les Fran­çais sont plus sou­vent en grève. Entre 3 et 4 mil­lions de jours de grève ont été re­cen­sés en France en 2015 se­lon le think-tank li­bé­ral Ifrap, contre 2 mil­lions en Al­le­magne, trois fois plus que les an­nées pré­cé­dentes (aux alen­tours de 400 000 jours). En temps « nor­mal », nous sommes donc huit fois plus en grève que les Al­le­mands… Cham­pions du monde ! de­meure le cau­che­mar his­to­rique et ré­gu­lier de nos pe­tits Bleus. « Ce genre de match contre une grande na­tion du foot­ball doit nous per­mettre d’écrire l’his­toire », re­con­naît le ca­pi­taine tri­co­lore, Hu­go Llo­ris.

1982 et 1986 avaient été des ba­tailles trop proches de la si­gna­ture Ils ont Ein­stein. Nous avons Ma­rie Cu­rie. En termes de sciences, dif­fi­cile de dé­par­ta­ger ob­jec­ti­ve­ment les deux pays. Mieux vaut donc se re­por­ter sur l’in­di­ca­teur No­bel. Cô­té mé­de­cine, l’Al­le­magne compte 20 Prix No­bel, contre 13 pour les Fran­çais. En chi­mie, la balle est en­core dans le camp al­le­mand avec 27 ré­com­penses contre 8 pour la France. Ecra­sante su­pé­rio­ri­té dans le do­maine de la phy­sique éga­le­ment avec 27 No­bel (12 pour l’Hexa­gone). Dans ce match, force est de consta­ter que la vic­toire re­vient à l’Al­le­magne… de la paix pour qu’elles res­tent sim­ple­ment dans le do­maine du foot­ball. Il y avait une ri­va­li­té proche de l’ani­mo­si­té, des comptes à ré­gler qui dé­pas­saient le conflit tac­tique. Ha­rald Schu­ma­cher au­ra long­temps in­car­né, mais il y a mis du sien, tout ce que le Fran­çais croit Cham­pionne d’Eu­rope… de la fé­con­di­té. Avec en moyenne deux en­fants par femme (2,01), la France est re­gar­dée en exemple outre-Rhin. Si le taux de fé­con­di­té des Al­le­mandes est pas­sé de 1,25 à 1,47 en quinze ans, on est en­core loin des deux en­fants par femme né­ces­saires (se­lon les dé­mo­graphes) au re­nou­vel­le­ment de sa po­pu­la­tion, dont le solde na­tu­rel de­meure lar­ge­ment né­ga­tif. Mal­gré des me­sures in­ci­ta­tives du gou­ver­ne­ment, 22 % des Al­le­mandes de moins de 44 ans n’ont pas d’en­fant. dé­ce­ler chez l’Al­le­mand : une force brute, de l’ar­ro­gance, un pi­gnouf en short. Re­de­ve­nues pa­ci­fiques, les joutes fran­co-al­le­mandes res­semblent dé­sor­mais à une ex­pli­ca­tion sur fond de po­li­tique eu­ro­péenne et de couple mo­teur de l’UE. Il y au­rait d’un cô­té un mo­dèle al­le­mand, des ré­formes cou­ra­geuses, une ou­ver­ture sur le monde (l’épi­sode des ré­fu­giés) et, de l’autre, la si­nis­trose am­biante, une éco­no­mie sans res­sort et des ma­ni­fes­ta­tions dans la rue.

Tout n’est pas faux mais rien n’est exact non plus, comme le montre notre com­pa­ra­tif (lire ci-des­sous). En tout cas, Fran­çois Hol­lande et An­ge­la Mer­kel vont pou­voir s’épar­gner un référendum na­tio­nal : ce soir, la France ou l’Al­le­magne sor­ti­ra de l’Eu­ro et le ga­gnant ri­ra au­tant de se re­trou­ver en fi­nale que d’en avoir pri­vé l’autre. « On a une chance et on va la jouer à fond », pro­met Des­champs. Sou­vent pre­mier en tout, il peut de­ve­nir le pre­mier sé­lec­tion­neur fran­çais à ex­fil­trer l’Al­le­magne d’une com­pé­ti­tion in­ter­na­tio­nale. Ce se­rait grand et ça vou­drait dire que ses joueurs ont sor­ti le match d’une vie. Fran­che­ment, c’est le bon mo­ment. Vous sa­vez quoi, les Bleus ? Em­bal­lez, c’est pour of­frir !

« On a une chance et on va la jouer à fond »

Dif­fi­cile de faire plus chau­vin cô­té fran­çais qu’en termes de gas­tro­no­mie. En­tré au Pa­tri­moine im­ma­té­riel de l’hu­ma­ni­té (rien que ça), le re­pas à la fran­çaise fait sa­li­ver le monde en­tier et est éle­vé au rang de mo­dèle pour sa qua­li­té et sa di­ver­si­té. Mais, même si le cock­tail bière-sau­cis­se­chou­croute colle à la peau de nos voi­sins, l’Al­le­magne peut tout de même se tar­guer d’être le deuxième pays après la France en nombre de res­tau­rants tri­ple­ment étoi­lés par le pres­ti­gieux guide Mi­che­lin.

Da­niel Cohn-Ben­dit.

Mat­thias Fekl.

Al­bert Ein­stein.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.