Nos ex­perts votent pour les Bleus

Aujourd'hui en France - - ILS FONT DE LA FRANCE L’AUTRE PAYS DU MANGA - Pro­pos re­cueillis par J.L., V.P., Y.L., S.D.M., F.D.

NOUS AVONS de­man­dé à cinq an­ciens joueurs eu­ro­péens leur sen­ti­ment avant la de­mi-fi­nale Al­le­magne - France à Mar­seille. Ils pro­nos­tiquent un match très ser­ré et in­dé­cis même si cer­tains donnent un lé­ger avan­tage aux Bleus qui vont jouer à do­mi­cile. Rui Bar­ros, an­cien in­ter­na­tio­nal por­tu­gais : « C’est une très belle af­fiche. Je crois beau­coup en la France. Elle monte en puis­sance. Elle est gal­va­ni­sée car elle joue de­vant son pu­blic. Elle pos­sède des joueurs ta­len­tueux, un es­prit d’équipe. Il y a beau­coup d’at­tente au­tour de cette sé­lec­tion mais elle a su y ré­pondre po­si­ti­ve­ment. Les Bleus ont fait un grand match contre l’Is­lande. Cer­tains di­ront que ce n’était que l’Is­lande. Mais si cette équipe a at­teint les quarts, c’est qu’elle a du po­ten­tiel. Lui mettre cinq buts, ce n’est pas rien. En face, c’est l’Al­le­magne, une na­tion pro­gram­mée pour ga­gner, un vrai rou­leau com­pres­seur. Je ne peux pas dé­ga­ger de fa­vo­ri. C’est du 50-50. Comme le quart entre l’Al­le­magne et l’Ita­lie. Mais si le Por­tu­gal at­teint la fi­nale, j’ai­me­rais que les Bleus soient nos ad­ver­saires même si, dans le pas­sé, ils nous ont don­né de sa­crés maux de tête. Ce se­rait tel­le­ment fort pour tous les Por­tu­gais de France, pour moi aus­si qui ai pas­sé tel­le­ment d’an­nées là-bas. » Fa­bri­zio Ra­va­nel­li, an­cien in­ter­na­tio­nal ita­lien : « C’est dif­fi­cile de don­ner un fa­vo­ri, l’Al­le­magne sort ex­té­nuée d’un quart qui s’est joué sur le fil du ra­soir, tan­dis que la France reste sur un par­cours très simple, elle n’a été convain­cante que face à l’Is­lande, dis­pu­tant les autres matchs en des­sous de ses ca­pa­ci­tés. C’est une ren­contre très ou­verte. Contrai­re­ment à l’Ita­lie, les Bleus peuvent comp­ter sur de grands ta­lents de­vant, c’est ce qui peut faire la dif­fé­rence, mais, du point de vue du jeu, ils laissent à dé­si­rer. Di­sons que la France a une pe­tite chance en plus avec la pré­sence de Di­dier Des­champs, c’est un ga­gnant né, les faits le dé­montrent, et elle peut al­ler au bout avec lui. En­fin, fac­teur im­por­tant, le pu­blic mar­seillais, le meilleur et qui peut être fon­da­men­tal dans ce type de ren­contre. » Pa­co Buyo, an­cien in­ter­na­tio­nal es­pa­gnol : « Ça res­semble à une fi­nale avant la lettre. Je m’at­tends à un match équi­li­bré et ex­ci­tant. Ce n’est pas simple de tran­cher en fa­veur d’une des deux équipes. Les Tri­co­lores ont un avan­tage car ils jouent à la mai­son et qu’il y au­ra beau­coup d’ab­sences pré­ju­di­ciables chez les Al­le­mands. Hum­mels est es­sen­tiel en dé­fense et Khe­di­ra et Go­mez sont im­por­tants dans le sys­tème de la Mann­schaft. La ges­tion des contreat­taques fran­çaises se­ra l’une des clés. La vi­tesse de Griez­mann se­ra alors dé­ter­mi­nante. » Eric Ge­rets, an­cien in­ter­na­tio­nal belge : « Pour moi, l’Al­le­magne est fa­vo­rite. Elle est plus com­plète et est plus une équipe, sur le plan col­lec­tif. Mais le der­nier match a prou­vé que la France n’avait pas de point faible. Cette de­mie est la fi­nale avant l’heure. Le vain­queur au­ra de grandes chances d’al­ler au bout. L’Al­le­magne est fa­vo­rite, mais pas de beau­coup parce qu’elle a des joueurs im­por­tants sus­pen­dus. La France a beau­coup de ta­lent of­fen­sif. Si Pog­ba conti­nue à se je­ter dans la ba­taille comme au der­nier match, les Bleus peuvent créer la sur­prise. »

« C’est du 50-50 » « La France a une pe­tite chance en plus » « Un avan­tage aux Tri­co­lores » « L’Al­le­magne est fa­vo­rite » « Les Bleus ont de meilleures in­di­vi­dua­li­tés »

Owen Har­greaves, an­cien in­ter­na­tio­nal an­glais : « Ce se­ra une ren­contre fas­ci­nante, sur­tout tac­ti­que­ment. Tout dé­pen­dra des choix tac­tiques que va faire Des­champs. Si la France veut ga­gner, il faut qu’elle joue en 4-4-2 avec Griez­mann à son meilleur poste aux cô­tés de Gi­roud. Si Des­champs est trop pru­dent alors l’Al­le­magne en pro­fi­te­ra. Per­sonne ne la bat dans un match tac­tique et fer­mé. La France est meilleure dans un sys­tème plus of­fen­sif où elle met la pres­sion sur l’ad­ver­saire, ce se­rait une er­reur de s’en pri­ver. Les Bleus ont de meilleures in­di­vi­dua­li­tés mais ils ne pour­ront pas se trom­per de tac­tique. » Al­le­magne - France, les rai­sons d’y croire le­pa­ri­sien.fr

Stade de France (Saint-De­nis), le 13 no­vembre 2015. Lors de leur der­nière confron­ta­tion, en ami­cal, Ba­ca­ry Sa­gna et les Bleus s’étaient im­po­sés (2-0) contre Bas­tian Sch­weins­tei­ger et les Al­le­mands.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.