Mar­seille re­tient son souffle

Aujourd'hui en France - - ILS FONT DE LA FRANCE L’AUTRE PAYS DU MANGA - Mar­seille (Bouches-du-Rhône) De l’un de nos en­voyés spé­ciaux JU­LIEN LAURENS

ENTRE MAR­SEILLE, terre de foot­ball par ex­cel­lence, et les Bleus, il s’agit dé­jà d’une longue his­toire. Celle-ci a com­men­cé à s’écrire en fé­vrier 1921 avec une dé­faite face à l’Ita­lie au stade de l’Hu­veaune, une en­ceinte au­jourd’hui dis­pa­rue (2-1). Elle s’est éti­rée en­suite sur plu­sieurs dé­cen­nies au Vé­lo­drome. L’ac­mé de cette sa­ga se si­tue lors de la de­mi-fi­nale contre le Por­tu­gal (3-2 après pro­lon­ga­tions) à l’Eu­ro 1984.

« Ça reste le plus beau sou­ve­nir de ma vie après la naissance de mes en­fants et mon ma­riage, s’en­thou­siasme Paul, 60 ans, pas­sion­né de l’OM, mais sur­tout des Bleus. Je se­rai au stade de­main (ce soir) et j’es­père re­vivre la même soi­rée. »

Des places à 1 000 € au mar­ché noir

Comme lui, toute la ville at­tend, de nou­veau, les Tri­co­lores avec une im­pa­tience non feinte. « La France a plus de chance de se qua­li­fier chez nous que n’im­porte où ailleurs, s’ex­clame Hi­cham, 35 ans. Nous se­rons un vé­ri­table 12e homme. On sent l’ex- ci­ta­tion qui monte ici de­puis le quart de fi­nale. C’est un beau ca­deau que les or­ga­ni­sa­teurs nous ont fait et on va leur ren­voyer l’as­cen­seur en les sou­te­nant comme ja­mais. »

De­puis le tirage au sort, le 12 dé­cembre der­nier, Mar­seille ap­pe­lait de ses voeux cette af­fiche. Les hô­tels sont pleins, comme les trains en pro­ve­nance de la ca­pi­tale ou les avions par­tis d’outre-Rhin. 10 000 sup­por­teurs al­le­mands sont d’ailleurs at­ten­dus. Hier, des places se ven­daient dé­jà à plus de 1 000 € au mar­ché noir, jusque sur le quai de la gare Saint-Charles !

« On priait pour que la France se qua­li­fie et, ce­rise sur le gâ­teau, c’est l’Al­le­magne en face. Et puis on ne peut pas dire qu’avec l’OM on ait été gâ­té ni­veau foot­ball lors de la sai­son écou­lée. Ça va faire du bien de pou­voir en­fin s’en­flam­mer. Contre l’Al­ba­nie, c’était dé­jà pas mal, mais là, ça va être autre chose », conclut, maillot de Griez­mann sur le dos, Mike, 28 ans, abon­né au Vé­lo­drome. Ce soir, Mar­seille se­ra brû­lante, in­can­des­cente. Comme en 1984, elle re­vê­ti­ra ses plus beaux atours pour pous­ser les Bleus, ses Bleus, vers la vic­toire et la fi­nale.

Mar­seille (Bouches-du-Rhône), hier. L’équipe de France a été ac­cueillie cha­leu­reu­se­ment par le pu­blic au centre d’en­traî­ne­ment de l’OM.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.