Pour les se­niors, la mort n’est pas ta­boue

Aujourd'hui en France - - SOCIÉTÉ - CH­RIS­TINE MATEUS

« NE PAR­LEZ PAS DE LA MORT, ce­la va la faire ve­nir plus vite ! » Qui n’a pas en­ten­du cette phrase dans sa fa­mille, in­ter­di­sant d’évo­quer le der­nier som­meil. Une ligne de conduite fai­sant de la mort le ta­bou des ta­bous, l’in­ter­dit ab­so­lu sur­tout de­vant des per­sonnes âgées. On se trompe lour­de­ment.

Une étude ré­vé­lée au­jourd’hui montre que pour les se­niors, la mort n’est pas du tout un su­jet qui fâche ou une source de gêne. Au contraire, les plus de 70 ans ai­me­raient pou­voir en par­ler da­van­tage. Et si ta­bou il y a, il n’est plus dans les fa­milles.

L’étude me­née par ViaVoice pour Har­mo- nie Mu­tuelle (mu­tuelle san­té) note en ef­fet qu’une ma­jo­ri­té des per­sonnes in­ter­ro­gées évoquent dé­jà le su­jet avec leurs proches. 72 % af­firment en avoir par­lé avec leur conjoint (et 56 % avec leurs en­fants). Et lors­qu’on en cause, pour 55 % des plus de 70 ans, c’est de l’or­ga­ni­sa­tion et du dé­rou­le­ment des ob­sèques dont il est ma­jo­ri­tai­re­ment ques­tion, sui­vis des af­faires de suc­ces­sion (25 %) puis les dé­marches ad­mi­nis­tra­tives, sou­vent très lourdes (7 %).

La chape de plomb est donc du cô­té de la so­cié­té. Pour près d’un se­nior sur deux (44 %), la mort est un su­jet qui n’est pas as­sez évo­qué. Mais outre la mort, les se­niors sou­haitent aus­si abor­der la fin de vie et leur prin­ci­pale source d’inquiétude : les risques de dé­pen­dance. 68 % sont par­ti­cu­liè­re­ment pré­oc­cu­pés par cette crainte de de­voir, un jour, dé­pendre des autres et 61 % de ne plus pou­voir res­ter à leur do­mi­cile. De ma­nière gé­né­rale, se­lon les ré­sul­tats de cette en­quête, les Fran­çais consi­dèrent être as­sez mal pré­pa­rés à leur propre mort (59 %), et en­core da­van­tage à celle de leurs proches (64 %). Bref, par­lons. La per­sonne âgée est donc une per­sonne plu­tôt prag­ma­tique qui voit aus­si dans cette pré­pa­ra­tion au der­nier voyage, et c’est as­sez sur­pre­nant, l’oc­ca­sion de « trans­mettre des va­leurs et des idées » aux gé­né­ra­tions fu­tures (31 %). Une ques­tion qui ne se li­mite donc pas aux as­pects ma­té­riels et fi­nan­ciers. Cette im­pres­sion est d’ailleurs ren­for­cée par ce der­nier pour­cen­tage : pour 26 % des se­niors, pré­pa­rer cette ul­time étape est aus­si un moyen de « s’as­su­rer que vos proches gardent une bonne image de vous ».

Par­ti­cu­liè­re­ment pré­oc­cu­pés par la fin de vie et le risque de dé­pen­dance

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.