L’oncle de la fillette en­le­vée a été in­ter­pel­lé

Aujourd'hui en France - - FAITS DIVERS - Une source ju­di­ciaire THI­BAULT RAISSE

L’AP­PEL À TÉ­MOINS n’au­ra du­ré que quelques se­condes avant un dé­noue­ment heu­reux. Hier, la dis­pa­ri­tion in­quié­tante de la pe­tite Louane, 4 ans et de­mi, de son do­mi­cile de L’Isle-d’Abeau (Isère), a été ré­so­lue en même temps que le dé­clen­che­ment de l’Alerte En­lè­ve­ment dé­ployée pour la re­trou­ver. La fillette avait été kid­nap­pée en fin de ma­ti­née par son oncle, puis em­me­née dans une four­gon­nette. En mi­lieu d’après-mi­di, une pa­trouille de gen­darmes a mis fin à l’em­bar­dée sur une route de l’Ain voi­sine. Le sus­pect et l’un de ses proches, éga­le­ment pré­sent dans le vé­hi­cule, ont été pla­cés en garde à vue. La pe­tite vic­time sem­blait hier soir n’avoir su­bi au­cune vio­lence.

Louane avait dis­pa­ru du do­mi­cile fa­mi­lial vers 11 heures du ma­tin. « C’est sa mère qui a don­né l’alerte en ap­pe­lant les gen­darmes. Elle a im­mé­dia­te­ment dé­si­gné son beau­frère comme le ra­vis­seur et four­ni une des­crip­tion du vé­hi­cule ain­si que son nu­mé­ro de té­lé­phone por­table », in­dique une source proche de l’af­faire. Le sus­pect, âgé de 31 ans, cir­cule à bord d’un Re­nault Tra­fic blanc dans le­quel la fillette est sus­cep­tible de se trou­ver. Mais c’est en bor­nant le nu­mé­ro de té­lé­phone com­mu­ni­qué par la mère que les en­quê­teurs vont réus­sir à géo­lo­ca­li­ser le vé­hi­cule, alors pris en chasse par un hé­li­co­ptère de la gen­dar­me­rie en dé­but d’après-mi­di.

Pa­ral­lè­le­ment, le pro­cu­reur dé­cide de re­cou­rir au dis­po­si­tif Alerte En­lè­ve­ment, pi­lo­té par le mi­nis­tère de la Jus­tice. Au mo­ment de son l an­ce­ment, vers 15 heures, une pa­trouille de gen­dar­me­rie de l’Ain est en place pour in­ter­cep­ter le Re­nault Tra­fic et ses oc- cu­pants, à 140 km au nord de leur point de dé­part. L’in­ter­pel­la­tion se dé­roule sans vio­lence, tan­dis que la pe­tite fille est li­bé­rée saine et sauve. « Le prin­ci­pal sus­pect a re­con­nu être l ’ oncle, et son pas­sa­ger a d’abord pré­ten­du être le père de l’en­fant », pour­suit cette source. En réa­li­té, le com­plice, âgé d’une ving­taine d’an­nées et connu pour des aff aires de st upé­fiants et de port d’arme, n’au­rait pas de lien fa­mi­lial avec la vic­time.

L’ar­res­ta­tion des deux sus­pects et la li­bé­ra­tion de la fillette in­ter­viennent alors que les mes­sages d’alerte com­mencent à inon­der mé- dias et ré­seaux so­ciaux. Le dis­po­si­tif est aus­si­tôt sus­pen­du, tan­dis que les deux ra­vis­seurs pré­su­més sont pla­cés en garde à vue. Si leur mo­bile pré­cis res­tait hier soir in­con­nu, l’en­lè­ve­ment s’ins­crit dans un contexte de crise fa­mi­liale ou­verte. « Le sus­pect était ve­nu au do­mi­cile du couple il y a quelques jours pour pro­fé­rer des me­naces de mort, no­tam­ment à l’en­contre de sa bell e - s oeur » , a j o u t e u n e s o u r c e ju­di­ciaire.

« C’est une fa­mille tran­quille qui n’a ja­mais fait par­ler d’elle », re­lève de son cô­té un membre de l’équipe mu­ni­ci­pale. Hier en fin d’après-mi­di, la pe­tite Louane res­tait en ob­ser­va­tion mé­di­cale afin qu’on s’as­sure qu’elle n’avait su­bi au­cun sé­vice.

« Il était ve­nu au do­mi­cile du couple il y a quelques jours pour pro­fé­rer des me­naces de mort »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.