Af­faire Eri­gnac : non-lieu pour la « piste agri­cole »

Aujourd'hui en France - - FAITS DIVERS -

DIX-HUIT ANS après l’as­sas­si­nat du pré­fet Eri­gnac, en Corse, le 6 fé­vrier 1998, une juge d’ins­truc­tion a or­don­né le non-lieu gé­né­ral dans l’en­quête lan­cée dans les mi­lieux agri­coles, une pro­cé­dure res­tée ou­verte des an­nées mal­gré l’ar­res­ta­tion du com­man­do d’Yvan Co­lon­na en 1999. Da­té du 30 juin, ce non-lieu et la fin des pour­suites bé­né­fi­cient à 31 per­sonnes, qui étaient res­tées mises en examen pour as­so­cia­tion de mal­fai­teurs en re­la­tion avec une en­tre­prise ter­ro­riste et dont la plu­part avaient fait plu­sieurs mois de pri­son en 1998 et 1999. Deux des mis en examen sont dé­cé­dés. « Ce­la fait seize ans qu’il n’y a plus vrai­ment d’in­ves­ti­ga­tions et que dure ce dys­fonc­tion­ne­ment », avait dé­plo­ré l’avo­cat de sept des mis en examen, Em­ma­nuel Mer­ci­nier-Pan­ta­lac­ci, lors de l’an­nonce dé­but mai des ré­qui­si­tions du par­quet an­ti­ter­ro­riste, dé­jà en fa­veur d’un non-lieu gé­né­ral. Ses clients ont as­si­gné l’État pour ob­te­nir ré­pa­ra­tion de­vant la jus­tice ci­vile.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.