« Pas de quoi se battre pour la té­lé­com­mande ! »

Isa­belle,

Aujourd'hui en France - - TÉLÉVISION ET MÉDIAS - C.BA.

De­puis le 10 juin, Isa­belle, ma­riée à un fan de foot, a vu sa té­lé « squat­tée ». « Je n’aime pas du tout le foot, mais mon ma­ri, lui, a re­gar­dé qua­si­ment tous les matchs », sou­rit-elle. Ce­la n’a pas em­pê­ché cette an­cienne cor­rec­trice, âgée de 63 ans, de feuille­ter le pro­gramme té­lé et de zap­per pen­dant les mi-temps. Et la re­trai­tée est sé­vère : « J’ai trou­vé que les chaînes y étaient al­lées à l’éco­no­mie », as­sure-t-elle. « J’ai re­gar­dé un épi­sode d’Ins­pec­teur Bar­na­by, mais j’ai vu qu’ils en avaient aus­si res­sor­ti un vieux, dé­taille-t-elle. Si­non, il y a eu des films que je connais par coeur, comme Pret­ty Wo­man ou Dir­ty Dan­cing. Il n’y avait pas de quoi se battre pour la té­lé­com­mande ! En fait, de­puis un mois, j’ai sur­tout re­gar­dé des sé­ries sur Ca­nal + à la de­mande, comme Prey et The Ame­ri­cans. » Is­ma, 64 ans, n’a quant à elle re­gar­dé qu’un match de foot : ce­lui des Bleus face à l’Is­lande, car son fils était chez elle. « Je n’ai pas eu le choix », s’amuse cette an­cienne as­sis­tante com­mer­ciale. « De­puis le 10 juin, de toute fa­çon, je trouve qu’il y a beau­coup trop de sé­ries et de films qu’on a dé­jà vus, re­grette-t-elle. J’aime bien les do­cu­men­taires, mais là aus­si, les chaînes ont beau­coup re­dif­fu­sé, sur­tout sur la TNT. De­puis le dé­but de l’Eu­ro, j’ai sur­tout re­gar­dé Ca­nal + à la de­mande ou des pro­grammes en re­play, comme la sé­rie da­noise les Hé­ri­tiers d’Arte et Mar­ra­kech du rire sur M 6. » le

Isa­belle est plus bran­chée sé­ries que France - Al­le­magne.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.