Le GPS, pas tou­jours un ami

Aujourd'hui en France - - SOCIÉTÉ - HÉLÈNE DAUSCHY

MÉ­FIEZ-VOUS de vos al­liés, ils pour­raient de­ve­nir vos ennemis. L’As­so­cia­tion des so­cié­tés fran­çaises d’au­to­routes (As­fa) a pu­blié hier une étude in­di­quant que les ac­ci­dents liés à l’in­at­ten­tion, pro­vo­quée par les équi­pe­ments élec­tro­niques, sont à l’ori­gine de plus d’un ac­ci­dent sur six en 2015.

Par­mi ces gad­gets, le GPS. « Le GPS est un ou­til d’aide à la conduite, mais c’est bien le conduc­teur qui conduit, il ne faut pas l’ou­blier », rap­pelle Lau­rence Guillerm, di­rec­trice de com­mu­ni­ca­tion à l’As­fa. Fi­ni les ré­glages de der­nière mi­nute au vo­lant. « Mieux vaut s’ar­rê­ter quand on a be­soin de re­con­fi­gu­rer son ap­pa­reil, rap­pelle Ca­the­rine Bois­seau, di­rec­trice de l’as­so­cia­tion Avi­med, qui vient en aide aux vic­times d’ac­ci­dents rou­tiers. C’est un ou­til com­plexe qui de­mande du temps et de l’at­ten­tion. »

Comme le té­lé­phone. Lau­rence Guillerm met par­ti­cu­liè­re­ment en garde contre les ap­pli­ca­tions mo­biles, Waze par exemple, qui per­mettent de na­vi­guer comme un GPS, mais aus­si de si­gna­ler des bou­chons ou la pré­sence d’un ra­dar aux autres uti­li­sa­teurs. Avec le risque de vous faire quit­ter les yeux de la route. « Ces ap­pli­ca­tions sont des ou­tils for­mi­dables, qui nous ras­surent. En re­vanche, elles ne priment pas sur la conduite res­pon­sable », alerte la di­rec­trice de com­mu­ni­ca­tion de l’As­fa. Le GPS idéal se­rait pour elle le na­vi­ga­teur in­té­gré au ta­bleau de bord de la voi­ture, « grâce à son grand écran. Les GPS fixés sur les pare-brise ne sont pas par­ti­cu­liè­re­ment gê­nants pour la vi­si­bi­li­té, s’ils sont évi­dem­ment bien pla­cés ».

De nom­breux autres risques

Mais l’usage de gad­gets em­bar­qués dans la voi­ture n’est pas le seul fac­teur des ac­ci­dents de la route. La consom­ma­tion d’al­cool et de drogues reste la première cause d’ac­ci- dents, avec 25 % en 2015, sui­vi par la som­no­lence (23,6 %). La vi­tesse ex­ces­sive est en cause dans 15,5 % des ac­ci­dents. « Les ré­sul­tats 2015 du bi­lan sé­cu­ri­té de l’As­fa s’ins­crivent dans la ten­dance de ré­duc­tion du nombre des ac­ci­dents mor­tels en­re­gis­trés de­puis 2002 », sou­ligne l’as­so­cia­tion. Les chiffres de la sé­cu­ri­té rou­tière pour le mois de juin le confirment : le nombre de morts sur les routes de France a re­cu­lé de 6 % en juin. Il s’agit du mois de moins meur­trier de l’his­toire des sta­tis­tiques rou­tières. Ob­jec­tif : confor­ter ces bons ré­sul­tats tout l’été. le­pa­ri­sien.fr Les chiffres de la mor­ta­li­té rou­tière

Les équi­pe­ments tech­no­lo­giques sont fac­teurs de dé­con­cen­tra­tion au vo­lant. En 2015, ils ont en­traî­né plus d’un ac­ci­dent sur six.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.