Faire d’une fai­blesse un atout tou­ris­tique

Aujourd'hui en France - - SOCIÉTÉ - V.MD.

Elles ont choi­si de « rire d’el­les­mêmes pour ne pas être la ri­sée des autres ». Bel­le­brune (Pas-deCa­lais), Va­tan (Indre), Poil (Nièvre) et les autres, toutes forces vives du Grou­pe­ment des com­munes aux noms bur­lesques, ont pro­fi­té de leur dé­no­mi­na­tion pour se faire un nom. « D’en­trée, on a pris le contre-pied de Mont­cuq, vil­lage du Lot de­ve­nu cé­lèbre après le sketch de Da­niel Pré­vost dans l’émis­sion le Pe­tit Rap­por­teur. La com­mune était spec­ta­trice, pas ac­trice. En fait, il faut que les maires soient ca­pables de maî­tri­ser l’au­to­dé­ri­sion dans une dé­marche po­si­tive », dé­crit Pa­trick Las­seube, pré­sident de l’as­so­cia­tion qui ré­side au lieu-dit « Min­jo­ce­bos » (« man­geur d’oi­gnon » en oc­ci­tan). Une fai­blesse lin­guis­tique au dé­part peut être ain­si trans­for­mée en une force, en par­ti­cu­lier tou­ris­tique. Pas moins de 10 000 vi­si­teurs de­vraient se fendre la poire au­jourd’hui et de­main à Ma­rans (Cha­ren­teMa­ri­time) lors du ras­sem­ble­ment an­nuel des com­munes aux noms co­casses. Tout au long de l’an­née, les ri­go­lards sont aus­si prêts à faire un dé­tour pour s’of­frir un sel­fie devant le pan­neau « Clo­che­merle » (Rhône), « Beau­fou » (Var) ou « Cou­bi­sou » (Avey­ron). « A Corps-Nuds en Ille-etVi­laine, cer­tains se font pho­to­gra­phier en te­nue d’Adam et Eve. Le maire a dû faire sou­der les plaques parce qu’il en avait marre de se les faire fau­cher. A 300 € pièce, ça coû­tait une for­tune », sou­ligne Pa­trick Las­seube. Sur les quelque 36 000 com­munes de l’Hexa­gone, entre 300 et 400 portent un nom à mou­rir de rire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.