Tueur de po­li­ciers blancs

FU­SILLADE. Mi­cah John­son, ex-mi­li­taire noir de 25 ans, est le sni­peur pré­su­mé qui a as­sas­si­né cinq agents à Dal­las lors d’un dé­fi­lé contre les vio­lences po­li­cières, après la mort de deux Afro-Amé­ri­cains cette se­maine.

Aujourd'hui en France - - FAITS DIVERS - LOUISE COLCOMBET

CE DE­VAIT être un ras­sem­ble­ment pa­ci­fique, comme des cen­taines d’autres or­ga­ni­sés au même mo­ment à tra­vers le pays, contre les vio­lences po­li­cières qui ont à nou­veau en­deuillé l’Amé­rique. Mar­di en Loui­siane, et le len­de­main dans le Min­ne­so­ta, deux hommes noirs désar­més avaient été abat­tus par la po­lice lors de ba­nales in­ter­ven­tions — des sé­quences fil­mées dont la dif­fu­sion sur les ré­seaux so­ciaux avait pro­vo­qué une vague d’in­di­gna­tion na­tio­nale, re­po­sant la ques­tion du ra­cisme au sein de la po­lice.

Mais jeu­di soir, à Dal­las, ca­pi­tale du Texas, la ma­ni­fes­ta­tion convo­quée à l’ini­tia­tive du mou­ve­ment Black Lives Mat­ter (NDLR : les vies noires comptent) a tour­né au bain de sang. Cinq po­li­ciers sont morts sous les balles d’un ti­reur ci­blant les forces de l’ordre en marge du cor­tège. Sept autres ont été bles­sés, ain­si que deux ci­vils. Sur les images cap­tées par plu­sieurs témoins avec leur té­lé­phone por­table, on aper­çoit un homme, arme au­to­ma­tique en ban­dou­lière, se dé­pla­cer tran­quille­ment au pied d’un im­meuble tout en ti­rant, puis exé­cu- ter à bout por­tant un po­li­cier qui ten­tait de le neu­tra­li­ser. Des échanges de tirs qui ont pro­vo­qué une pa­nique gé­né­rale, à tel point que la po­lice lo­cale a, dans un pre­mier temps, par­lé de plu­sieurs ti­reurs, des sni­peurs ayant agi de­puis des toits d’im­meubles dans une ac­tion « co­or­don­née ». Une hy­po­thèse qui a pro­vo­qué la ré­ac­tion im­mé­diate de Ba­rack Oba­ma, évo­quant une at­taque « hai­neuse, cal­cu­lée et mé­pri­sable », ain­si que de ses suc­ces­seurs po­ten­tiels, Hillary Clinton et Do­nald Trump, qui ont pré­sen­té leurs condo­léances et sus­pen­du leur campagne.

Il as­sure avoir po­sé des bombes dans la ville

Si trois sus­pects, pos­si­ble­ment des com­plices, étaient en­core en garde à vue hier, il semble ac­quis que cet homme lour­de­ment ar­mé était le seul et unique ti­reur. C’est en tout cas ce qu’il a re­ven­di­qué au­près des né­go­cia­teurs dé­pê­chés pour ob­te­nir sa red­di­tion, alors qu’il s’était re­tran­ché dans un bâ­ti­ment uni­ver­si­taire de Dal­las, af­fir­mant avoir po­sé des bombes « dans toute la ville ». Au­cun en- gin n’a été dé­cou­vert jus­qu’ici. Une heure durant, Mi­cah Xa­vier John­son, 25 ans, dont l’Amé­rique a dé­cou­vert hier le nom et la pho­to, a par­le­men­té avec les au­to­ri­tés, en vain. Consta­tant cette im­passe, la po­lice l’a tué avec un ro­bot mu­ni d’une bombe. Mais la na­ture des propos échan­gés durant ces trac­ta­tions, ré­vé­lés hier par le chef de la po­lice de Dal­las, ne laisse au­cun doute quant aux in­ten­tions du jeune homme : « Il a dit qu’il était en co­lère contre les ré­centes fu­sillades im­pli­quant des po­li­ciers, en co­lère contre les Blancs, a ré­vé­lé Da­vid Brown. Il a dit qu’il vou­lait tuer des Blancs, en par­ti­cu­lier des po­li­ciers blancs. » Lors des échanges, Mi­cah Xa­vier John­son a éga­le­ment ex­pli­qué n’être « af­fi­lié à au­cun groupe ». C’est aus­si ce qui res­sort des pre­mières in­for­ma­tions dé­voi­lées sur ce jeune ori­gi­naire de la ban­lieue de Dal­las : il s’agit d’un vé­té­ran de l’ar­mée amé­ri­caine sans an­té­cé­dents ju­di­ciaires ni lien connu avec un quel­conque groupe po­li­tique.

Le mou­ve­ment Black Lives Mat­ter, dont il ne fe­rait pas par­tie, a d’ailleurs im­mé­dia­te­ment condam­né l’at­taque. Pen­dant ses six an­nées sous les dra­peaux, Mi­cah John­son a no­tam­ment été dé­ployé huit mois en Af­gha­nis­tan jus­qu’en juillet 2014, avant de quit­ter l’ar­mée moins d’un an plus tard…

Cette at­taque contre des po­li­ciers — la plus meur­trière de­puis le 11 sep­tembre 2001 — a pro­vo­qué une onde de choc. Ba­rack Oba­ma a exi­gé que es dra­peaux soient mis en berne jus­qu’à mar­di.

Hier, des mil­liers d’ha­bi­tants de Dal­las se sont réunis à mi­di pour une prière et rendre hom­mage aux vic­times. Par­mi eux, Brent Thomp­son, 43 ans. Ce po­li­cier af­fec­té aux ser­vices des transports de Dal­las, père et grand-père, ve­nait de se ma­rier avec sa nou­velle com­pagne. Par une ter­rible iro­nie du sort, l’of­fi­cier, long­temps ins­truc­teur à l’aca­dé­mie de po­lice, dis­pen­sait jus­te­ment à ses élèves des cours sur la fa­çon de gé­rer les ti­reurs iso­lés.

Mi­cah John­son était un vé­té­ran de l’ar­mée amé­ri­caine, no­tam­ment dé­ployé huit mois en Af­gha­nis­tan.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.