Il avait em­poi­son­né sa mère centenaire

Aujourd'hui en France - - FAITS DIVERS - JEAN-MARC DUCOS

À L’EN CROIRE, ce fils de 74 ans au­rait seule­ment vou­lu abré­ger la fin de vie dou­lou­reuse de sa mère âgée de 100 ans et re­ven­dique un acte al­truiste d’eu­tha­na­sie. La vieille dame était morte su­bi­te­ment le 9 no­vembre 2014 dans une mai­son de re­traite de Nant (Avey­ron) où elle ré­si­dait en rai­son de son état de san­té très dé­gra­dé. Mais la réa­li­té est peut-être plus trouble, se­lon les en­quê­teurs, qui ont été aler­tés par un cour­rier ano­nyme ré­cent leur in­di­quant que la mort de la vieille dame n’avait rien de na­tu­relle. Le fils et son com­plice, un ai­de­soi­gnant qui a four­ni un pro­duit toxique pour em­poi­son­ner la vic­time, ont été res­pec­ti­ve­ment mis en exa­men pour « as­sas­si­nat » et « com­pli­ci­té » en fin de se­maine der­nière par un juge d’ins­truc­tion du pôle cri­mi­nel de Mont­pel­lier. Ils ont été lais­sé libres sous contrôle ju­di­ciaire.

Après la ré­cep­tion de ce cour­rier dé­si­gnant le fils comme l’as­sas­sin de sa mère, les gen­darmes ont aler­té l’au­to­ri­té ju­di­ciaire qui a dé­clen­ché une en­quête. Le fils unique de la vieille dame, un an­cien cui­si­nier ré­pu­té de 74 ans, dé­sormais ins­tal­lé à Millau (Avey­ron), est alors convo­qué puis pla­cé en garde à vue.

Le crime était presque par­fait

L’homme nie, mais fi­nit par se confes­ser aux gen­darmes. Il ex­plique avoir em­poi­son­né sa mère au cours d’un re­pas pris dans la mai­son de re­traite des Deux Val­lées. Il a mé­lan­gé un pro­duit toxique qu’il avait de- man­dé à un tiers de sa connaissance à de la pu­rée ser­vie un soir de no­vembre 2014. La vieille dame passe alors de vie à tré­pas dans la nuit du 9 au 10 no­vembre 2014 sans que ce­la n’éveille le moindre soup­çon en rai­son de son état. Elle était de­puis long­temps apha­sique et presque aveugle.

Les gen­darmes s’aper­çoivent que le fils avait la tu­telle sur les comptes de sa mère pla­cée en mai­son de soins de­puis 1988. Et que le juge des tu­telles avait dé­ci­dé de le­ver celle-ci pour la confier à un ad­mi­nis­tra­teur, écar­tant ain­si l’ex-cui­si­nier de la ges­tion des comptes de sa mère. Cette dé­ci­sion de­vait lui être no­ti­fiée jus­te­ment dans la se­maine qui a sui­vi le dé­cès de la centenaire. Au­tant d’élé­ments qui per­mettent d’ac­cré­di­ter une autre hy­po­thèse qu’un acte d’eu­tha­na­sie, con­trai­re­ment aux dires du fils. Ce der­nier est no­tam­ment soup­çon­né d’avoir eu des sou­cis finan­ciers ré­cur­rents ces der­niers temps, dont les mo­tifs ne sont pas en­core clai­re­ment éta­blis.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.