« Don­ner le sou­rire aux Fran­çais »

Dé­fen­seur des Bleus

Aujourd'hui en France - - LA UNE - B.M.

DE BIAR­RITZ À METZ, de Lyon à Mar­seille, ou de Clai­re­fon­taine à Lille, les Bleus ont sen­ti mon­ter au­tour d’eux une pas­sion gran­dis­sante. « On a un sou­tien po­pu­laire ex­tra­or­di­naire, re­con­naît Di­dier Des­champs. Cette équipe est ai­mée par les sup­por­teurs car elle ne laisse pas in­sen­sible. On ne fait pas tout bien mais on va au bout des choses. » Le re­gain de flamme pour l’équipe de France pro­cède à la fois d’une grande réus­site spor­tive et de l’abou­tis­se­ment d’un long tra­vail. « On a su re­mon­ter la pente, on l’a fait étape par étape, ex­plique le ca­pi­taine, Hu­go Llo­ris. Le mé­rite en re­vient à la Fé­dé­ra­tion, aux joueurs et aux sé­lec­tion­neurs. » Le por­tier tri­co­lore fait ré­fé­rence à Des­champs mais éga­le­ment à Laurent Blanc. L’an­cien tech- ni­cien du PSG avait ré­cu­pé­ré les Bleus sur les ruines fu­mantes de Knys­na. Un fias­co spor­tif et mo­ral dont l’ar­doise pour­rait en­fin être ef­fa­cée en cas de suc­cès ce soir. « Knys­na fait par­tie des épreuves ayant mar­qué le foot fran­çais. On a fait une er­reur clai­re­ment, confie Ba­ca­ry Sa­gna, un des cinq res­ca­pés du Mon­dial en Afrique du Sud (avec Llo­ris, Man­dan­da, Evra et Gi­gnac). On a mis le foot fran­çais au plus bas, on a mon­tré une très très mau­vaise image. Il a fal­lu faire beau­coup d’ef­forts, beau­coup tra­vailler pour re­do­rer notre bla­son. On a re­pris les bases en se rap­pro­chant des gens. On touche le but du doigt six ans après. On a en­vie de don­ner le sou­rire aux Fran­çais. On ne veut pas ef­fa­cer le pas­sé, mais construire l’ave­nir. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.