« Le bon­heur, ça s’ap­prend »

ÉDI­TION. A la veille du lan­ce­ment de notre ca­hier d’été, Ch­ris­tophe An­dré, dont on li­ra chaque jour des ex­traits du livre « Et n’ou­blie pas d’être heu­reux », ex­plique sa dé­marche.

Aujourd'hui en France - - LOISIRS ET SPECTACLES - Pro­pos re­cueillis par YVES JAEGLÉ Pro­pos re­cueillis par CÉ­CILE BEAU­LIEU

MÉ­DE­CIN, psy­chiatre en exer­cice, lec­teur de Freud très jeune, Ch­ris­tophe An­dré a un jour ou­vert son ap­proche, vers la mé­di­ta­tion no­tam­ment, en s’en­ga­geant plus per­son­nel­le­ment dans ses livres. « Et n’ou­blie pas d’être heu­reux : Abé­cé­daire de psy­cho­lo­gie po­si­tive » (Ed. Odile Ja­cob), qui vient de sor­tir en poche, va ac­com­pa­gner notre été : chaque jour, à par­tir de de­main et jus­qu’au 21 août, vous dé­cou­vri­rez un ex­trait de cet abé­cé­daire, 42 rai­sons d’être heu­reux, en somme. Ch­ris­tophe An­dré nous ex­plique son ap­proche de la sé­ré­ni­té. Vous avez dé­bu­té comme un psy­chiatre clas­sique, puis vos livres ont chan­gé, vous avez par­lé du bon­heur, et même de vous. Pourquoi ce vi­rage ? CH­RIS­TOPHE AN­DRÉ. Je suis un vieux thé­ra­peute : je fais de la psy­chia­trie de­puis 1980 ! Il est ar­ri­vé un mo­ment, dans mon bou­lot de mé­de­cin, où je me suis in­té­res­sé à la pré­ven­tion. On voit re­ve­nir des gens qu’on a sor­tis de la ma­la­die des an­nées plus tôt, mais à qui on n’a pas ap­pris à sa­vou­rer la vie. Or, tout le monde n’a pas re­çu de ses pa­rents ou de son en­fance ce qu’il fal­lait pour être heu­reux. On doit alors l’ap­prendre soi-même, sur le tard. Et peu à peu, ce qui m’a in­té­res­sé dans mon mé­tier, ce n’est plus seule­ment de trai­ter, de soi­gner, mais d’ap­prendre à mes pa­tients à res­ter gué­ris, à au­toen­tre­te­nir leur équi­libre in­té­rieur. C’est exac­te­ment ce que pro­pose le cou­rant de la psy­cho­lo­gie po­si­tive. Que re­couvre la no­tion de psy­cho­lo­gie po­si­tive ? Ce terme peut aga­cer, il est un peu li­mi­ta­tif. Mais il ne si­gni­fie pas « tout po­si­ti­ver ». Cela consiste à ap­prendre à culti­ver les at­ti­tudes et les qua­li­tés qui vont nous ai­der à nous sen­tir plus sou­vent heu­reux. Sans cette ap­ti­tude, cette éner­gie, ça de­vient très com­pli­qué d’avoir en­vie de vivre. On n’a plus d’es­sence dans le mo­teur. Le bon­heur, c e n’est pas j uste sym­pa et agréa­bl e , mais v i t a l . C’est ça la psy­cho­lo­gie po­si­tive : ne pas nier les pro­blèmes et l’ad­ver­si­té, mais ne pas ou­blier non plus tout ce qui va bien dans notre vie et sur cette terre ! Les deux sont im­por­tants : sa­vou­rer les mo­ments de bon­heur nous donne la force d’af­fron­ter les dif­fi­cul­tés. Dans votre livre, vous dites que vous n’êtes pas plus doué qu’un autre pour le bon­heur… On a tous des pe­tites ten­dances an­xieuses ou dé­pres­sives. J’ai eu trois en­fants, et je ne vou­lais pas leur trans­mettre mon tem­pé­ra­ment, à l’époque sou­vent mé­lan­co­lique et in­quiet. Comme la plu­part des thé­ra­peutes, j’uti­lise pour m’amé­lio­rer les mêmes mé­thodes que celles que je pro­pose à mes pa­tients ! Dans cette lo­gique à la fois pro­fes­sion­nelle et per­son­nelle, je suis pas­sé de la psy­cho­thé­ra­pie (soi­gner des ma­la­dies) à ce qu’on ap­pelle le dé­ve­lop­pe­ment per­son­nel (rendre la per­sonne plus forte et plus heu­reuse). Com­ment uti­li­ser votre livre, un abé­cé­daire : faut-il le feuille­ter ou le lire dans l’ordre, de A à Z ? Le mode d’em­ploi, c’est le va­ga­bon­dage. J’ai vou­lu cette forme de joyeux mé­lange, avec des his­toires de bon­heur, des anec­dotes plus per­son­nelles, des ci­ta­tions d’autres au­teurs, des conseils… A tra­vers les lettres que je re­çois, je me rends compte qu’un livre peut être une boîte à ou­tils et ai­der beau­coup de lec­teurs à chan­ger leur vie. Pour un au­teur, c’est un grand bon­heur !

« Sa­vou­rer les mo­ments de bon­heur nous donne la force d’af­fron­ter les dif­fi­cul­tés »

de Ch­ris­tophe An­dré, Ed. Odile Ja­cob, 400 p., 9,90 €.

De tem­pé­ra­ment in­quiet, le psy­chiatre Ch­ris­tophe An­dré donne au­jourd’hui à ses pa­tients les clés pour être heu­reux et le res­ter.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.