Les Bleus ont man­qué de jambes

Aujourd'hui en France - - RETROUVEZ NOTRE CAHIER SPÉCIAL LOISIRS TOUT L’ÉTÉ - RO­NAN FOLGOAS

LE MANQUE de fraî­cheur phy­sique du onze tri­co­lore – iden­tique à ce­lui ali­gné jeu­di soir contre l’Al­le­magne – semble avoir pe­sé lourd dans la ba­lance du ré­sul­tat fi­nal.

Com­ment les Por­tu­gais ont-ils gé­ré la sor­tie de Ro­nal­do ?

Pas si mal. Stu­peur et trem­ble­ments dans le camp por­tu­gais au mo­ment de la sor­tie de la star du Real Ma­drid, dès la 25e mi­nute (ge­nou gauche). Sen­tant le dan­ger, le sé­lec­tion­neur, Fer­nan­do San­tos, a ten­té de re­mo­bi­li­ser ses troupes par la voix et le geste. Avec un cer­tain suc­cès. Na­ni r em­pla­çait al ors CR7 au poste d’avant-centre et Qua­res­ma, le jo­ker dé­ci­sif lors des tours pré­cé­dents, pre­nait place sur le cô­té droit. Dire que la bles­sure de Cris­tia­no Ro­nal­do a ren­du ser­vice à ses co­équi­piers se­rait ab­surde. Mais la Se­lec­çao, à l’évi­dence, s’est très bien adap­tée à la nou­velle donne. Arc-bou­tés sur un bloc dé­fen­sif très bas, une constante de­puis le dé­but de l’Eu­ro, les Por­tu­gais n’ont se­mé le dan­ger sur les buts de Llo­ris que sur quelques rares at­taques ra­pides ou des coups de pied ar­rê­tés. Jus­qu’à la frappe dé­ci­sive d’Eder (109e).

Di­dier Des­champs s’est-il trom­pé dans son onze de dé­part ?

Non, mais… On ne change pas une équipe qui gagne ? DD a choi­si en tout cas de mi­ser sur la conti­nui­té en re­con­dui­sant la même équipe que celle ali­gnée contre l’Al­le­magne, en de­mi-fi­nale, et face à l’Is­lande, au tour pré­cé­dent. A cet ins­tant de la com­pé­ti­tion, il était sans doute trop dif­fi­cile et trop ha­sar­deux de chan­ger à nou­veau le onze de dé­part. Pro­blème, le manque de fraî­cheur phy­sique, par­ti­cu­liè­re­ment pré­gnant après seule­ment deux jours com­plets de re­pos, s’est fait cruel­le­ment sen­tir. Di­mi­tri Payet, no­tam­ment, n’a pas re­trou­vé au cours de cette fi­nale le rayon­ne­ment qui était le sien au dé­but de la com­pé­ti­tion. A l’in­verse, Mous­sa Sis­so­ko, rem­pla­çant lors des quatre pre­mières ren­contres de l’Eu­ro, était dans une forme éblouis­sante. Mais, glo­ba­le­ment, les Bleus man­quaient de jambes. Des­champs pou­vait s’en dou­ter.

DD a-t-il fait un bon coa­ching ?

Oui, mais… Au mo­ment le plus brû­lant du match, quand Eder marque (109e), N’Go­lo Kan­té s’ap­prête à ren­trer. Le sé­lec­tion­neur fran­çais se ra­vise et lance Mar­tial au feu. Un bon ré­flexe, mais sans ré­sul­tat. Si­non, Des­champs a du­pli­qué le même coa­ching que face à l’Al­le­magne : Co­man à la place de Payet (58e) et Gi­gnac à la place de Gi­roud (78e). Un double choix qui a failli être ga­gnant. L’at­ta­quant du Bayern est à l’ori­gine de nom­breuses oc­ca­sions et l’an­cien Mar­seillais a tou­ché le po­teau (90e + 2).

Stade de France, hier soir. Alors qu’il mar­chait sur l’eau en dé­but de com­pé­ti­tion, Di­mi­tri Payet a vu son jeu s’étio­ler face au solide bloc por­tu­gais.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.