« Ce­la a pour­tant été un de nos meilleurs matchs »

Aujourd'hui en France - - RETROUVEZ NOTRE CAHIER SPÉCIAL LOISIRS TOUT L’ÉTÉ - Pro­pos re­cueillis par CH­RIS­TOPHE BÉRARD

Le cham­pion du monde 98 et cham­pion d’Europe 2000 a sui­vi la fi­nale avec des amis dans la ré­gion bor­de­laise. Comme tous les Fran­çais, il a as­sis­té à un match fer­mé et ten­du. Et pes­té sur le but por­tu­gais ins­crit par Eder en pro­lon­ga­tions.

La dé­faite des Bleus est-elle mé­ri­tée ?

CH­RIS­TOPHE DUGARRY. C’est quand même as­sez dur car la France n’a pas dé­mé­ri­té. Elle a fait son match et a ten­té de pro­duire du jeu. Les grosses oc­ca­sions ont été en ma­jo­ri­té fran­çaises. Mais évi­dem­ment, l’ef­fi­ca­ci­té n’a pas été au ren­dez-vous. Quant au Por­tu­gal, il a joué sur ses qua­li­tés. Cette équipe a beau­coup de cou­rage et un énorme men­tal. Mais le foot est par­fois étrange.

Pour­quoi ?

Parce qu’on di­sait que le Por­tu­gal, c’était sur­tout Cris­tia­no Ro­nal­do. Or, on a vu que cette équipe, ce n’est pas que lui. Rien que pour ce­la, bra­vo aux Por­tu­gais.

Avez-vous cru que la sor­tie de Ro­nal­do sur bles­sure était le tour­nant du match ?

Oui et je ne suis pas le seul. Les joueurs fran­çais aus­si l’ont pen­sé. In­cons­ciem­ment, ils ont peut-être cru que le plus dur était fait. Mais non. La réus­site a été pour les Por­tu­gais. On le com­prend quand on voit le but d’Eder. Il tire sans re­gar­der le but, presque pour se dé­bar­ras­ser et sans for­cé­ment y croire. Et ça rentre. Au fi­nal, c’est un su­per but et un coup de gé­nie. « Le Por­tu­gal a un énorme men­tal »

Quelles sont les sa­tis­fac­tions fran­çaises ?

Sur­tout Mous­sa Sis­so­ko, qui a été l’homme du match avec le gar­dien Rui Pa­tri­cio. Mais on ne peut pas dire que les autres Fran­çais ont failli. Dans le col­lec­tif fran­çais, pa­ra­doxa­le­ment, je trouve que ce­la a pour­tant été un de nos meilleurs matchs. Ne je­tons pas tout sous le coup de la dé­cep­tion.

Qu’avez-vous pen­sé de cet Eu­ro ?

Il était étrange. On ne s’est pas ré­ga­lé en termes de beaux matchs. Beau­coup de ren­contres se sont jouées dans les têtes plu­tôt que dans les pieds. Les scé­na­rios des matchs étaient plus sym­pas que les ac­teurs. Mais il n’y a pas une belle fa­çon de ga­gner et une vi­laine. Le Por­tu­gal l’a prou­vé. Quant aux Fran­çais, tout n’est pas à je­ter. Je trou­vais l’équipe un peu verte en dé­but de tour­noi. Mais elle a pro­gres­sé. Cer­tains cadres se sont af­fir­més. Pour moi, les Bleus fe­ront par­tie des fa­vo­ris pour la pro­chaine Coupe du monde en Rus­sie.

Stade de France (Saint-De­nis), hier soir. Um­ti­ti, dé­fen­seur tri­co­lore.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.