Une tri­bune présidentielle sur­vol­tée

Aujourd'hui en France - - RETROUVEZ NOTRE CAHIER SPÉCIAL LOISIRS TOUT L’ÉTÉ - AVA DJAMSHIDI AVEC AR­NAUD JOUR­NOIS

FRAN­ÇOIS HOLLANDE et Ma­nuel Valls n’en n’ont pas per­du une miette. Le pré­sident et le Pre­mier mi­nistre sont ar­ri­vés au Stade de France à Saint-De­nis dès 20 h 20. De­puis la tri­bune of­fi­cielle, le chef de l’Etat adresse un mes­sage d’en­cou­ra­ge­ment aux Bleus, tout en sa­luant la réus­site de cette com­pé­ti­tion : « C’est dé­jà une vic­toire pour la France. » D’une voix plus grave, Fran­çois Hollande dé­die la ren­contre à Ma­nuel Dias, Fran­co-Por­tu­gais tué au pied du Stade de France, le 13 no­vembre der­nier, avant de sa­luer le pré­sident du Por­tu­gal, Mar­ce­lo Re­be­lo de Sou­sa, qui, comme lui, porte une écharpe aux cou­leurs de son pays sur les épaules. Puis en at­ten­dant l’en­trée des joueurs, le pré­sident pia­note sur son por­table quelques ins­tants.

Au bout du fil, Ber­nard Ca­ze­neuve, qui passe la soi­rée entre son bu­reau au mi­nis­tère de l’In­té­rieur et le centre in­ter­mi­nis­té­riel de crise, le tient au cou­rant de la si­tua­tion et no­tam­ment des in­ci­dents si­gna­lés aux abords des places Ié­na et Tro­ca­dé­ro. Au même mo­ment, Ma­nuel Valls et Pa­trick Kan­ner, mi­nistre des Sports, par­ti­cipent au « clap­ping » lan­cé par les sup­por­teurs fran­çais sur­vol­tés. Dans ce cé­nacle très VIP, tous se lèvent comme un seul homme au mo­ment des hymnes, avant de se concen­trer sur le jeu.

Valls et Kan­ner par­ti­cipent au « clap­ping »

A la 25e mi­nute, coup de théâtre. La star de l’équipe por­tu­gaise, Cris­tia­no Ro­nal­do, sort sur une ci­vière, tou­ché au ge­nou. « Toute la tri­bune s’est le­vée pour sa­luer son dé­part, ra­conte le mi­nistre des Af­faires étran­gères, Jean-Marc Ay­rault. Il y avait de l’émo­tion. » Le membre du club de sup­por­teurs Al­lez Nantes ! Ca­na­ris, mor­du de bal­lon rond, note la so­li­di­té des Por­tu­gais : « Sa sor­tie n’a pas dé­sta­bi­li­sé l’équipe. L’in­ten­si­té de jeu est in­tacte. »

A la mi-temps, Ro­se­lyne Ba­che­lot s’en­flamme : « L’am­biance est in­croyable, il y a même une ma­riée en robe blanche ! » re­lève l’ani­ma­trice de té­lé­vi­sion à la mi-temps. Et l’an­cienne mi­nistre des Sports de faire un selfie avec l’an­cien ju­do­ka Da­vid Douillet qui lui suc­cé­da au poste sous Nicolas Sar­ko­zy. « Le pré­sident vient de me faire un pe­tit cou­cou ! rit-elle. C’est nor­mal, entre amou­reux de foot, on se com­prend. Et puis, à droite, on a gardé de bons sou­ve­nirs… »

Le chef de l’Etat, lui, est dans les en­trailles du stade. Il sa­lue 30 élèves de se­conde du ly­cée Louis-Ar­mandd’Au­bonne (Val-d’Oise) qui ont par­ti­ci­pé à la cé­ré­mo­nie d’ou­ver­ture. A la 70e mi­nute, Jean-Mi­chel Bay­let, mi­nistre de l’Amé­na­ge­ment du ter­ri­toire, veut en­core y croire. « C’est un match très ca­de­nas­sé, nous confie-til. Nous souf­frons, mais nous al­lons ga­gner ! » Tous les Fran­çais de cette tri­bune VIP l’es­pé­raient. @AvaD­jam­shi­di

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.