A Tou­louse, l’ap­pé­tit chi­nois in­quiète

PO­LÉ­MIQUE. Les ac­tion­naires pu­blics de l’aé­ro­port de Tou­louse-Bla­gnac re­fusent le ver­se­ment des di­vi­dendes ré­cla­més par le nou­veau pro­prié­taire chi­nois, Ca­sil Europe, en­tré au ca­pi­tal l’an der­nier.

Aujourd'hui en France - - ÉCONOMIE - Tou­louse (Haute-Ga­ronne) De notre cor­res­pon­dante JULIE RIMBERT

UN AN APRÈS la pri­va­ti­sa­tion par­tielle de l’aé­ro­port de Tou­louse-Bla­gnac (Haute-Ga­ronne), ça chauffe dé­jà avec le nou­veau pro­prié­taire chi­nois. L’ap­pé­tit de Ca­sil Europe, qui dé­tient dé­sor­mais 49,99 % de la plate-forme aé­ro­por­tuaire, cé­dée pour 308 M€ par l’Etat, in­quiète les col­lec­ti­vi­tés lo­cales. Au point que l’as­sem­blée gé­né­rale de la So­cié­té Aé­ro­port Tou­louse-Bla­gnac (SATB) fin juin a été re­por­tée pour la deuxième fois en un mois. La rai­son ? La ré­gion, le dé­par­te­ment, Tou­louse Mé­tro­pole et la chambre de com­merce et d’in­dus­trie, qui dé­tiennent en­core 40 % des parts, re­fusent de don­ner d’im­por­tants di­vi­dendes au pro­prié­taire chi­nois. Ca­sil Europe de­mande le ver­se­ment de 17,5 M€ à tous les ac­tion­naires, dont 9 M€ pour lui, pré­le­vés sur la ca­gnotte de 67 M€ de l’aé­ro­port, ac­quise au fil des ans.

En amont de cette as­sem­blée gé­né­rale avor­tée, les coll ec­ti vi t és l ocales s’étaient op­po­sées à cette re­dis­tri­bu­tion ex­cep­tion­nelle. Dans un cour­rier du 25 mai, elles sou­li­gnaient que « ces ré­serves per­mettent de don­ner à la SATB les ga­ran­ties de son dé­ve­lop­pe­ment et de son au­to­no­mie ». Et le 27 juin, JeanLouis Chau­zy, le pré­sident du cons ei l éco­no­mique, so­cial et en­vi­ron­ne­men­tal ré­gio­nal a aler­té le mi­nistre de l’Eco­no­mie Em­ma­nuel Ma­cron, alors que l’Etat dé­tient tou­jours 10,1 % des parts.

Pour éteindre l’in­cen­die et ne pas frois­ser les ac­tion­naires chi­nois, Anne-Ma­rie Idrac, pré­si­dente du con- seil de sur­veillance de la SATB, a jus­ti­fié le re­port de la réunion, dont la date n’a tou­jours pas été fixée. « Il nous est ap­pa­ru que cer­taines in­ter­fé­rences exo­gènes pou­vaient gê­ner un dé­rou­le­ment nor­mal de l’AG. Une AG, ce n’est pas une tri­bune po­li­tique. Ca­sil ne fait pas de po­li­tique. Les ac­tion­naires font ce qui leur convient avec les di­vi­dendes. Ca­sil, ce sont des gens qui parlent à trente ans », a-t-elle mar­te­lé, pour cou­per court au dis­cours de ceux qui ac­cusent le nou­vel ac­tion­naire de cher­cher un ra­pide re­tour sur in­ves­tis­se­ment. Pour cal­mer les es­prits lo­caux, Anne-Ma­rie Idrac a aus­si ac­cé­dé à la de­mande ré­cur­rente des ac­tion­naires pu­blics, à sa­voir pos­sé­der une mi­no­ri­té de blo­cage au sein de l’as­sem­blée gé­né­rale, même dans le cas où l’Etat cède à Ca­sil Europe ses parts res­tantes, comme la pri­va­ti­sa­tion le pré­voit.

L’as­sem­blée gé­né­rale a en­core été re­por­tée

Tou­louse (Haute-Ga­ronne). Ca­sil Europe, qui dé­tient de­puis un an 49,99 % de Tou­louse-Bla­gnac, veut ré­cu­pé­rer 9 M€ sur la ca­gnotte de 67 M€ de l’aé­ro­port, ac­quise au fil des ans.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.