Comme un pe­tit air de Sey­chelles au cam­ping

Aujourd'hui en France - - EN FRANCE - CLAUDE MASSONNET

LE CAM­PING fa­mi­lial 3 étoiles le S o l e i l d’ Oc, à Nar­bonne- Pl a g e (Aude), n’a pas de pis­cine, ni de centre aquatique avec de longs to­bog­gans. Mais il a son la­gon ar­ti­fi­ciel. Le bas­sin de 500 m² est une cu­vette re­cou­verte de 15 cm de sable blanc im­ma­cu­lé sor­ti tout droit des car­rières du mont Ven­toux. Les ré­si­dents sont fas­ci­nés, comme ai­man­tés par cet es­pace de bai­gnade en eau na­tu­relle, sans chlore.

« Ce ma­tin, nous sommes al­lés à la plage. La Mé­di­ter­ra­née était à 18 °C, vrai­ment fraîche. Ici, l’eau du la­gon est à 25 °C (NDLR : et jus­qu’à 28 °C en fin de jour­née). Ce­la n’a rien à voir », ex­plique Stéphanie, une va­can­cière ve­nue de Se­dan. « C’est gé­nial, vrai­ment gé­nial », s’ex­clame en­core Agniez­ka. Cette Po­lo­naise de 28 ans fait trem­pette avec Ire­na et Jad­wid­ja, sa mère et sa tante ar­ri­vées de Var­so­vie, qui ouvrent des yeux ronds.

« C’est un in­ves­tis­se­ment consé­quent, mais nous pre­nons là deux lon­gueurs d’avance sur la concur­rence. Les clients ne le quittent plus », com­mente Ch­ris­tophe Co­las, qui ex­ploite, en fa­mille, le Soleil d’Oc et ses 210 em­pla­ce­ments. De­puis mai der­nier, il constate une nette aug­men­ta­tion du chiffre d’af­faires du res­tau­rant don­nant sur le la­gon.

Cet équi­pe­ment avec filtre à sable, qui évite l’usage du chlore, a été mis au point par Paul Hé­rau­deau, construc­teur de la­gunes ar­ti­fi­cielles et de sta­tions d’épu­ra­tions. « A la sor­tie de nos sta­tions, l’eau est po­table à 97 % alors que pour une pis­cine, on ra­joute du chlore. C’est ce qui m’a conduit à ima­gi­ner le sys­tème du la­gon avec de l’eau re­nou­ve­lée en cir­cuit fer­mé. Vu la faible pro­fon­deur, elle est fa­cile à chauf­fer. Et on a trou­vé ce sable blanc qui donne ce décor de rêve et ré­sis­tant au temps », té­moigne le fon­da­teur de Clair La­gon, la pe­tite PME de Saint-Ger­mainde-Ma­ren­cennes (Cha­rente-Ma­ri­time).

La belle aven­ture des bas­sins zen, fa­çon Sey­chelles, a com­men­cé au fond des grands jar­dins des par­ti­cu- liers, à par­tir de 60 000 €. Au­jourd’hui, le construc­teur cha­ren­tais pro­pose des mo­dèles XXL aux cam­pings et aux vil­lages va­cances. « Ce la­gon nous a per­mis de fi­dé­li­ser nos clients et d’aug­men­ter consi­dé­ra­ble­ment notre taux de rem­plis­sage, no­tam­ment des mo­bile homes, qui donnent di­rec­te­ment sur le la­gon. Des clients ar­ri­vés pour trois jours res­tent plu­sieurs se­maines. C’est la sen­sa­tion de bie­nêtre et de calme qui les sé­duit », es­time Syl­vain Cas­sard, gé­rant du cam­ping le Bo­ta­nic, à Fa­brègues, équi­pé de­puis 2015. Por­té par le sable blanc, Paul Hé­rau­deau va tri­pler ses équipes en sep­tembre avec des la­gons à creu­ser à Saint-Tro­pez, La Mecque mon­diale de la bai­gnade bran­chée.

Des es­paces de bai­gnade en eau na­tu­relle

Nar­bonne-Plage (Aude). Les la­gons ar­ti­fi­ciels sont en passe de sup­plan­ter les pis­cines tra­di­tion­nelles au sein des cam­pings et des vil­lages va­cances.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.