Les éta­blis­se­ments en ligne à l’af­fût

Aujourd'hui en France - - LE FAIT DU JOUR -

Elles ont conquis beau­coup de clients en ne fac­tu­rant pas de frais ban­caires, elles pour­raient pour­suivre l’opé­ra­tion sé­duc­tion en com­mu­ni­quant sur l’ab­sence de frais d’in­ter­ven­tion en cas d’in­ci­dent ban­caire (dé­pas­se­ment de dé­cou­vert). Qui ? Les banques en ligne. Bour­so­ra­ma, For­tu­neo, Hel­lo Bank, ING Di­rect, Mo­na­banq… Si elles ne pèsent en­core que 5 % de la clien­tèle ban­caire, elles re­pré­sentent trois quarts des nou­velles ou­ver­tures de compte. « Chez Bour­so­ra­ma, nous n’ap­pli­quons pas de frais d’in­ter­ven­tion en cas de dé­pas­se­ment du dé­cou­vert au­to­ri­sé », in­siste Be­noît Gri­so­ni, di­rec­teur gé­né­ral ad­joint chez Bour­so­ra­ma Banque (850 000 clients). Même chose chez BforBank, la banque en ligne du groupe Cré­dit agri­cole, créée en 2009. Cô­té agios — l’en­semble des frais per­çus par la banque, cal­cu­lés en fonc­tion de la du­rée et du mon­tant moyen de l’uti­li­sa­tion de dé­cou­vert rap­por­tés à un taux d’in­té­rêt, le taux ef­fec­tif glo­bal (TEG) — les éta­blis­se­ments en ligne sont éga­le­ment les plus com­pé­ti­tifs, avec un taux de 8 % pour la plu­part. En cas de dé­cou­vert non au­to­ri­sé, en re­vanche, la note grimpe vite : 16 %. « Chez nous, les clients peuvent aug­men­ter ponc­tuel­le­ment leur dé­cou­vert au­to­ri­sé, im­mé­dia­te­ment et sans frais, ex­plique Be­noît Gri­so­ni. Beau­coup y ont re­cours à Noël, ou par exemple en ce mo­ment, pour payer un billet d’avion. » Avant d’ajou­ter, pé­da­gogue : « Un dé­cou­vert n’est pas un prêt per­son­nel, ça n’est pas cen­sé du­rer. C’est une fa­ci­li­té tem­po­raire des­ti­née à gé­rer un à-coup de tré­so­re­rie. »

M. PE.

Beau­coup de banques en ligne ne fac­turent pas de com­mis­sion d’in­ter­ven­tion en cas de dé­pas­se­ment du dé­cou­vert au­to­ri­sé.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.