Les conduc­trices ne font plus peur aux conduc­teurs

SÉ­CU­RI­TÉ ROU­TIÈRE. « Femme au vo­lant, mort au tour­nant », c’est de l’his­toire an­cienne ! Se­lon une étude dé­voi­lée au­jourd’hui, les hommes re­con­naissent en­fin des qua­li­tés aux femmes. Et vice-ver­sa !

Aujourd'hui en France - - SOCIÉTÉ - HÉ­LÈNE DAUSCHY

NON, les femmes ne sont pas des fléaux au vo­lant. Et ce sont les hommes qui le disent, dans une étude Opi­nionWay pour MMA* dé­voi­lée au­jourd’hui, qui porte un re­gard croi­sé sur ce que cha­cun des deux sexes pense de l’autre au vo­lant.

Tous les clichés ont été pas­sés au crible. Si cer­tains ont la vie dure, d’autres sont en­fin ré­vo­lus.

« Femme au vo­lant, mort au tour­nant ». FAUX. Plus de quatre hommes sur cinq ad­mettent se sen­tir en confiance à cô­té d’une femme au vo­lant, rap­porte l’étude. Ils sont même 91 % à pen­ser que le vieil adage « Femme au vo­lant, mort au tour­nant » n’a plus de rai­son d’être.

D’après Sté­phane Daes­ch­ner, en charge de la pré­ven­tion des risques rou­tiers chez MMA, « les femmes sont plus pru­dentes, plus res­pec­tueuses du Code de la route ». Ce ne sont pas les prin­ci­pales concer­nées qui le contre­di­ront. « J’es­time très bien conduire, je suis tou­jours pru­dente. En plus, je n’ai ja­mais eu d’ac­ci­dent », se fé­li­cite Pas­cale, conduc­trice aguer­rie qui par­court de­puis bien­tôt trente ans les routes fran­ci­liennes.

Ce sont d’ailleurs les femmes elles-mêmes qui se jugent plus sé­vè­re­ment que ces mes­sieurs : elles s’ac­cordent une moyenne de 7,5/10, tan­dis qu’eux s’at­tri­buent un 7,7/10. « Elles sont plus conscientes de leurs actes que les hommes et se jugent plus sé­vè­re­ment qu’eux », ex­plique Sté­phane Daes­ch­ner.

Un au­to­sa­tis­fe­cit mas­cu­lin dé­men­ti par les chiffres : de­puis 1955, trois morts sur quatre sur les routes de France sont des hommes et, en 2015, 2 105 conduc­teurs ont été tués, contre 368 conduc­trices.

Les hommes, des Fan­gio. VRAI. Les femmes sont 90 % à pen­ser que les hommes roulent vite et près de quatre sur cinq trouvent leur conduite agres­sive. Elles ont rai­son. Se­lon les chiffres 2015 de l’Ob­ser­va­toire na­tio­nal in­ter­mi­nis­té­riel de la sé­cu­ri­té rou­tière, 34 % des ac­ci­dents mor­tels cau­sés par des hommes sont dus à leur vi­tesse ex­ces­sive ou in­adap­tée, de­vant l’al­cool. D’ailleurs, se­lon l’étude, plus d’un au­to­mo­bi­liste sur deux re­con­naît avoir dé­jà eu un ac­ci­dent au vo­lant. C’est seule­ment le cas d’une femme sur trois.

Cer­tains, comme Daniel, un An­ge­vin d’une cin­quan­taine d’an­nées, adoptent pour­tant une « conduite re­laxe à toute épreuve ». Mais d’autres ont op­té pour une conduite plus ra­pide et plus ner­veuse. C’est le cas de Gré­go­ry, âgé d’une ving­taine d’an­nées, qui n’hé­site pas à for­cer le pas­sage pour pou­voir cir­cu­ler, sur­tout quand il se rend à Pa­ris. « J’ai une conduite bru­tale, mais, se jus­ti­fie-t-il, je m’adapte à la cir­cu­la­tion et au tra­fic ! »

Les femmes plus cour­toises. FAUX. Mes­dames, vous êtes 49 % à avouer vous em­por­ter der­rière votre vo­lant, à coup d’in­sultes et de gestes d’in­ci­vi­li­té — soit au­tant que vos congé­nères mas­cu­lins. Gré­go­ry as­sure s’être dé­jà vu gra­ti­fier de bras d’hon­neur de la part de conduc­trices. « Elles sont loin d’être plus calmes que les hommes », plai­sante- t-il. « Moi, je m’énerve seule­ment quand le conduc­teur de­vant moi ne met pas son cli­gno­tant », concède pour sa part Pas­cale.

Ab­dal­la, mo­ni­teur d’au­to-école pa­ri­sien, se sou­vient pour­tant d’une leçon de conduite mé­mo­rable avec l’une de ses élèves. « Nous étions en leçon, et nous avons eu un ac­cro­chage. Je suis des­cen­du de la voi­ture, le ton est mon­té avec le conduc­teur du vé­hi­cule im­pli­qué. Mon élève m’a alors re­joint, sac en main, prète à en dé­coudre avec l’autre chauffeur im­pli­qué. J’ai dû le pro­té­ger des coups de sac ! » * En­quête Opi­nionWay pour MMA en par­te­na­riat avec Eu­rope 1 réa­li­sée en ligne du 10 au 17 juin au­près de 1 001 per­sonnes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.