Tous les che­mins mènent à Cracovie

RELIGION. Ni bus ni avion. Cer­tains fi­dèles ont choi­si le sys­tème D pour ral­lier les Jour­nées mon­diales de la jeu­nesse en Po­logne.

Aujourd'hui en France - - SOCIÉTÉ - VINCENT MONGAILLARD

POUR AL­LER PRIER avec le pape Fran­çois lors des Jour­nées mon­diales de la jeu­nesse (JMJ) à Cracovie (Po­logne) du 26 au 31 juillet, la plu­part des 35 000 fi­dèles fran­çais ont dé­ci­dé de voya­ger en bus, en train ou en avion. Mais quelques cen­taines ont pré­fé­ré se dé­mar­quer en op­tant pour des moyens de lo­co­mo­tion ori­gi­naux. Pour par­ve­nir dans les temps en Po­logne, cer­tains sont même dé­jà par­tis ou s’ap­prêtent à s’élan­cer avec leur sac à dos pour un pé­riple de quelque 1 500 km au dé­part de Pa­ris.

Qu’im­porte la route, tous les che­mins mènent à Cracovie, sur les terres de l’an­cien sou­ve­rain pon­tife Jean-Paul II.

En stop pour évan­gé­li­ser

Il a pré­vu quatre jours pour re­joindre la Po­logne en ten­dant le pouce de­puis Gre­noble (Isère). Ni­co­las, 21 ans, étu­diant en sciences po­li­tiques, a mi­sé sur le stop. Il se­ra ac­com­pa­gné dans ses pé­ré­gri­na­tions par My­riam, étu­diante elle aus­si. « J’aime bien l’aven­ture », s’en­thou­siasme-t-il. Il compte bien faire des haltes chez l’ha­bi­tant, un peu sur le même prin­cipe que l’émis­sion de té­lé­vi­sion « J’irai dor­mir chez vous ». Le dé­mar­rage est pré­vu sa­me­di.

« On va pro­fi­ter du tra­jet pour dis­cu­ter avec les gens, pour par­ta­ger notre foi », confie-t-il. Pour ce­la, il es­père un coup de pouce du Sei- gneur. « Ce n’est pas Dieu qui va ar­rê­ter les voi­tures, mais il nous per­met­tra de faire de belles ren­contres », croit-il. Il a choi­si le sys­tème D pour l’adré­na­line et les sur­prises, pas pour les éco­no­mies. « On paie un ta­rif de so­li­da­ri­té de 500 € pour par­ti­ci­per aux JMJ, le même que ce­lui de nos ca­ma­rades qui voyagent en bus », ex­plique-t-il. Le re­tour s’an­nonce plus sage et moins aléa­toire puis­qu’il s’ef­fec­tue­ra en car.

A mo­to pour bri­ser les clichés

Il en­tend lut­ter avec son casque « contre les idées re­çues » qui collent à la peau de l’Eglise, celles des « pe­tites grands-mères et des grenouilles de bé­ni­tier ». Ghis­lain, 25 ans, in­gé­nieur à Rennes (Ille-etVi­laine), fier d’être « ca­tho­lique pra­ti­quant », offre une image rock’n’roll. Les JMJ, il y fonce à mo­to, au gui­don d’une Hon­da 600.

« Ce­la va être un vrai plai­sir, je n’ai mon per­mis mo­to que de­puis deux ans et de­mi, je n’ai pas en­core trop eu l’oc­ca­sion de bou­ger », ra­conte-t-il. Dès di­manche, il re­trou­ve­ra Amau­ry, un ami mo­tard à Pa­ris, avant d’in­té­grer le groupe de par­ti­ci­pants au Ral­lye Au­to JMJ com­po­sé de drôles de pè­le­rins au vo­lant d’un Land Ro­ver an­née 1974, de 4L ou de 2 CV.

Le road-trip spi­ri­tuel via l’Al­le­magne et la Ré­pu­blique tchèque doit du­rer une pe­tite se­maine, mar­quée par des ar­rêts aux stands. En l’oc­cur­rence des nuits sous la tente ou dans un mo­nas­tère. Le deux­roues de Ghis­lain n’a pas en­core eu droit à sa bé­né­dic­tion. « Mais j’ai pré­vu de le faire cette se­maine », ré­plique-t-il.

A vé­lo pour être plus près de toi mon Dieu

De­puis di­manche, 17 cy­clistes âgés de 16 à 30 ans, du dio­cèse de Troyes (Aube) ont mis le cap à l’Est. Hier, ils fai­saient étape dans la Meuse. Tout au long de leur par­cours, ils se­ront ac­cueillis dans des pres­by­tères, des pa­roisses, des salles des fêtes… Un « temps de prières » est pro­gram­mé, gé­né­ra­le­ment vers 18 heures, « après la douche ». En cas de coup de pompe, les for­çats de la route qui pé­dalent une cen­taine de bornes chaque jour peuvent re­prendre des forces dans les voi­tures-ba­lais. Ils sont dé­les­tés de leurs ba­gages ras­sem­blés dans une re­morque mou­ton­nière.

Cette vi­rée à bi­cy­clette est « une belle fa­çon de se pré­pa­rer avant de voir le pape ». « On va connaître des mo­ments dif­fi­ciles, il y a quelques cols à grim­per. Pen­dant ces souf­frances, ce se­ra l’oc­ca­sion de se re­mettre en ques­tion, de se de­man­der : Est- ce que Dieu est avec nous ? », confie Ma­rie-Liesse, l’une des forces vives de cette épo­pée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.