Une pro­cé­dure émaillée de bi­zar­re­ries

Aujourd'hui en France - - FAITS DIVERS - P. É

LA PRO­CÉ­DURE lan­cée par la jus­tice chi­lienne à l’en­contre de Ma­rie-Em­ma­nuelle Ve­rhoe­ven, plus de vingt ans après l’as­sas­si­nat de Jaime Guz­man, est émaillée de bi­zar­re­ries. Ain­si de sa mise en exa­men, pos­té­rieure de quatre jours au man­dat d’ar­rêt in­ter­na­tio­nal qui lui a va­lu sa pre­mière ar­res­ta­tion en jan­vier 2014 en Al­le­magne. La même an­née, en fé­vrier, dans un avis dis­si­dent, l’un des juges de la Cour su­prême du Chi­li, l’ins­tance qui a for­mu­lé les de­mandes d’ex­tra­di­tion à l’Al­le­magne puis à l’Inde, es­time que les élé­ments re­te­nus contre elle sont in­suf­fi­sants. Par­mi ceux­ci, fi­gure le té­moi­gnage d’un ex­po­li­cier, lui-même mis en cause pé­na­le­ment au Chi­li pour des crimes com­mis du­rant la dic­ta­ture…

Autre étran­ge­té dans cette pro­cé­dure : ja­mais le Chi­li n’a adres­sé de re­quête of­fi­cielle à la France. « De­puis son dé­part de ce pays, Ma­rie-Em­ma­nuelle Ve­rhoe­ven vi­vait en France. La jus­tice chi­lienne pou­vait sans dif­fi­cul­té re­cueillir son té­moi­gnage grâce à une com­mis­sion ro­ga­toire in­ter­na­tio­nale, sou­ligne son avo­cate, Me Clé­mence Witt. Si ce­la n’a pas été fait en trente ans, c’est que la ma­ni­fes­ta­tion de la vé­ri­té n’in­té­resse pas les au­to­ri­tés chi­liennes. »

Un « achar­ne­ment » se­lon la dé­fense

Quant à l’ac­tuelle de­mande du Chi­li à l’Inde, l’avo­cate consi­dère qu’elle « viole les règles in­ter­na- tio­nales ap­pli­cables en ma­tière d’ex­tra­di­tion ». Celles-ci, rap­pel­let-elle, ré­clament « la plus grande pru­dence dans les af­faires de na­ture po­li­tique » et l’in­ter­disent s’il existe « un risque de pro­cès in­équi­table ou de tor­ture ». « L’ex­tra­der met­trait sa vie en dan­ger », in­siste Me Witt, pour qui sa cliente est « vic­time de l’achar­ne­ment de l’ex­trême droite chi­lienne, qui tente de ré­écrire l’his­toire à tra­vers ce dos­sier ».

Dans une lettre ou­verte adres- sée à la pré­si­dente du Chi­li et pu­bliée au mois d’avril der­nier, Ma­rie- Em­ma­nuelle Ve­rhoe­ven im­plo­rait Mi­chelle Ba­che­let de « faire ces­ser ce har­cè­le­ment ju­di­ciaire illé­gal ». De­puis sa sor­tie de pri­son à New Del­hi, où son contrôle ju­di­ciaire lui im­pose de ré­si­der, des me­sures de sé­cu­ri­té ont dû être prises pour as­su­rer sa pro­tec­tion. Contac­tée hier, l’am­bas­sade du Chi­li en France n’a pas ré­pon­du.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.