A Saint-Maur, on sa­voure

Aujourd'hui en France - - SPORTS - Saint-Maur (Val-de-Marne) A.-L.A. ET R.K.

« ÇA Y EST, l’avion s’est po­sé ! Ouais !!! » Les yeux ri­vés sur la té­lé, bras en l’air, Vic­tor crie sa joie comme les autres clients du bar-res­tau­rant la Grillade à Saint-Maur (Val-deMarne). Bien qu’il n’ait pas dor­mi de la nuit, l’homme ne rate pas une miette de l’at­ter­ris­sage des joueurs de la Se­lec­çao à l’aéroport de Lis­bonne, re­trans­mis en di­rect hier mi­di dans ce fief por­tu­gais : « C’est la fier­té de notre pays qui ar­rive ! », lâche-t-il.

Di­manche soir, plus de trois cents per­sonnes s’étaient mas­sées dans ce re­paire de sup­por­teurs. « Ça dé­bor­dait de par­tout. La po­lice a cou­pé la rue tel­le­ment il y avait du monde. C’était la fo­lie ! » se sou­vient Ma­nu, le pa­tron, qui pro­po­sait au dé­jeu­ner, de la mo­rue et… du coq au vin : « Ça n’a rien à voir avec la dé­faite de la France, jure-t-il. C’était pré­vu il y a long- temps… » Dans le Val-de-Marne, où vit la plus im­por­tante com­mu­nau­té de France, la vic­toire a été lar­ge­ment fê­tée. Dans la ville voi­sine d’Or­mes­son, la foule a en­va­hi la place de l’Ap­pel-du-18-Juin-1940 et cer­tains ont fait flot­ter le dra­peau lu­si­ta­nien en haut de la fon­taine. « C’est une grande émo­tion, confie Fer­nand Ro­da, un client, les larmes aux yeux. Ça fai­sait long­temps qu’on l’at­ten­dait. En 2004, elle nous avait échap­pé face à la Grèce. Là, ce sont les Fran­çais qui n’ont pas eu de chance. Dans quatre ans, ça chan­ge­ra. Mais là, elle est à nous cette coupe ! »

L’am­biance est fé­brile

Dans les stu­dios de Ra­dio Al­fa ins­tal­lés à Va­len­ton aus­si, l’am­biance est fé­brile. De­puis l’ac­ces­sion du Por­tu­gal en de­mi-fi­nale, la sta­tion communautaire lu­so­phone qui émet en Ile-de-France a adap­té ses pro­gram- mes. Il faut dire qu’au dé­but de la com­pé­ti­tion, la ré­dac­tion n’y croyait pas : « Comme la plu­part des Por­tu­gais de France, on n’était pas con­fiants », concède Ke­vin Vaz, un jour­na­liste. « Le jour­na­liste spor­tif de la mai­son a même dû dé­ca­ler son dé­part en va­cances », s’amuse une col­lègue, flan­quée d’un tee-shirt For­ca Por­tu­gal. Vic­toire oblige, la ma­ti­nale du 11 juillet a été consa­crée en­tiè­re­ment au foot­ball. Une pre­mière pour la pe­tite sta­tion dont le stan­dard ne désem­plit pas. Au bout du fil, Ma­ria, une au­di­trice exal­tée se ré­jouit à sa ma­nière : « Je suis tel­le­ment contente que je suis al­lée po­ser un cierge ce ma­tin ! » le­pa­ri­sien.fr La presse por­tu­gaise fière de la Se­lec­çao Après avoir quit­té Mar­cous­sis, hier ma­tin, sous les vi­vats de cen­taines de fans, les nou­veaux cham­pions d’Eu­rope ont été ac­cueillis en hé­ros en mi­lieu de jour­née à Lis­bonne (pho­to) par des di­zaines de mil­liers de Por­tu­gais. « Vous tous, tous les im­mi­grés, tous les joueurs, l’en­traî­neur, tout le monde mé­rite ce titre. Nous sommes les pre­miers à ra­me­ner un tro­phée à notre pays. Nous sommes en­trés dans l’his­toire du Por­tu­gal », a cla­mé Cris­tia­no Ro­nal­do de­vant ses com­pa­triotes avant d’en­ta­mer un tour de la ville en bus im­pé­rial. Les 23 joueurs et les membres du staff ont re­çu le titre de com­man­deur de l’ordre du Mé­rite dé­cer­né par le chef de l’Etat, Mar­ce­lo Re­be­lo de Sou­sa.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.