« Quin­ta­na a fait une très grosse er­reur »

Ni­co­las Por­tal,

Aujourd'hui en France - - SPORTS - An­dorre-la-Vieille (An­dorre) De l'un de nos en­voyés spé­ciaux Pro­pos re­cueillis par OLI­VIER FRAN­ÇOIS

CH­RIS FROOME est ap­pa­ru dé­ten­du et sou­riant, hier ma­tin, au mo­ment d’en­four­cher son vé­lo pour une sor­tie d’en­traî­ne­ment lors de sa jour­née de re­pos. Le lea­deur des Sky a ré­pon­du aux sol­li­ci­ta­tions des cu­rieux ve­nus lui de­man­der photos et au­to­graphes au pied de son hô­tel d’An­dorre-la-Vieille. Quelques mi­nutes plus tôt, le double vainqueur du Tour (2013, 2015) avait te­nu à sou­li­gner que le Co­lom­bien Nai­ro Quin­ta­na (Mo­vis­tar) ne se­rait pas son seul ri­val jus­qu’aux Champs-Ely­sées. Ni­co­las Por­tal, son di­rec­teur spor­tif, re­vient sur la passe d’armes entre les deux hommes lors des étapes py­ré­néennes et dé­voile ce qui pour­rait se pas­ser, no­tam­ment lors de l’ar­ri­vée au mont Ven­toux, jeu­di.

En­core du sus­pense après les Py­ré­nées

« Les cinq der­niers ki­lo­mètres vers Ar­ca­lis, di­manche, n’étaient pas as­sez raides pour dé­clen­cher une grande bagarre entre les meilleurs, as­sure Ni­co­las Por­tal. En plus, il y a eu de la grêle et un vent de face. Quin­ta­na n’a pas at­ta­qué. Est-ce qu’il était un peu juste ou est-ce que ce­la ne grim­pait pas as­sez pour lui ? A la ra­dio, j’ai de­man­dé à Ch­ris de le tes­ter, parce qu’il au­rait pu être dans le dur après tout. Nai­ro n’a pas cra­qué mais il est res­té pas­sif. Il y a de bons cô­tés : Val­verde, Bar­det ou Bar­guil ont per­du du temps, même si ce n’est pas beau­coup. »

Le coup de Froome et l’er­reur de Quin­ta­na

L’image fait dé­sor­mais par­tie de la lé­gende du Tour. Froome fi­lant vers la vic­toire et le maillot jaune, sa­me­di, en pé­da­lant à ca­li­four­chon sur le cadre de son vé­lo dans la des­cente vers Lu­chon après avoir pié­gé Quin­ta­na. « On en avait par­lé en­semble mais il était quand même peu pro­bable qu’il se fasse sur­prendre, ra­conte Ni­co­las Por­tal. Quin­ta­na a fait une très grosse er­reur. D’aill eurs, Ale­jan­dro Val­verde (NDLR : son co­équi­pier chez Mo­vis­tar) n’était pas content le soir. Nai­ro a lais­sé fi­ler Ch­ris, sans doute parce qu’il ne se sen­tait pas sûr de lui dans la des­cente. Je crois qu’on lui a mis le doute pour les prochaines fois. »

Du tan­gage chez Mo­vis­tar

Ale­jan­dro Val­verde a joué sa carte di­manche en s’échap­pant dès le dé­but de l’étape avant de se lais­ser re­joindre. Nai­ro Quin­ta­na, lui, est res­té in­ac­tif. La tac­tique des Mo­vis­tar semble confuse. « Ce n’est pas nor­mal, ex­plique Ni­co­las Por­tal. S’ils roulent pour Nai­ro, ils ne doivent pas en­voyer Ale­jan­dro de­vant comme ça alors qu’ils peuvent avoir be­soin de lui dans le fi­nal. On est dans un monde pro et j’ai l’im­pres­sion qu’entre Nai­ro Quin­ta­na et Ale­jan­dro Val­verde, ce n’est pas la grande en­tente. » Quant à nous (Sky), nous n’avons pas à faire la course. C’est aux autres de se dé­voi­ler et de ten­ter de re­prendre du temps. »

Le Ven­toux en ar­bitre ?

« C’est une mon­tée très dure comme les aiment Ch­ris et Nai­ro, pré­cise Por­tal. On s’at­tend à ce que Quin­ta­na at­taque. S’il passe à l’of­fen­sive, on ver­ra sur le mo­ment si on ré­pond tout de suite ou si on le laisse s’épui­ser un peu, quitte à y perdre quelques se­condes. Il faut avant tout gar­der des forces car le Tour peut se jouer plu­tôt le len­de­main dans le contre-la-montre. »

Ni­co­las Por­tal.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.