De l’après-guerre… et du bi­ki­ni

Aujourd'hui en France - - VOTRE SOIRÉE TÉLÉVISION -

ON SE CONTENTE DE PEU pour se di­ver­tir sur les plages. Les jeux de bal­lon sont les plus cou­rants, mais une autre ac­ti­vi­té com­mence à ga­gner en po­pu­la­ri­té : la ra­quette de plage. Elle est pra­ti­quée sous la forme du jo­ka­ri, avec une balle te­nue à un socle en bois par un

Seule Mi­che­line Ber­nar­di­ni, dan­seu- se nue du Ca­si­no de Pa­ris, ac­cepte de e le por­ter pour sa pre­mière pré­sen­ta- tion à la presse et au pu­blic à Pa­ris,, lors d’un dé­fi­lé au­tour des bas­sins de e la pis­cine Mo­li­tor, le 5 juillet 1946 6 (pho­to ci-contre). Peu d’ama­trices de e bronzette ose­ront por­ter le mi­ni- maillot à la plage cet été-là. Le bi­ki­ni i at­ten­dra les an­nées 1960 pour se dé- mo­cra­ti­ser et s’im­po­ser sans heur­terr les yeux des bien-pen­sants. élas­tique, une in­ven­tion bayon­naise da­tant de l’avant-guerre, mais aus­si sous la forme du fres­co­bol, avec une balle en ca­ou­tchouc et deux larges raquettes en bois, in­ven­té au Bré­sil en 1946. Soixante-dix ans plus tard, ces deux jeux, mo­der­ni­sés, sont tou­jours com­mer­cia­li­sés.

Des jeunes femmes prennent un bain de so­leil... éten­dues sur ce qu’il reste d’un bun­ker au bord de la Manche.

Autre ve­dette pré­sente à Cannes lors du Fes­ti­val, Mar­tine Ca­rol.

Créés avant guerre, le fres­co­bol (à droite) et le jo­ka­ri avec son sa­bot et sa balle en ca­ou­tchouc re­liée à un élas­tique (ci­des­sous) ont en com­mun d’avoir été très po­pu­laires dès l’été 1946. L’un comme l’autre ont évo­lué, no­tam­ment leurs co­lo­ris, mais existent tou­jours.

L’af­fiche du pre­mie­ri Fes­ti­val in­ter­na­tio­nal du film de Cannes est si­gnée Paul Co­lin, un maître du genre dans le style Art dé­co, dont la car­rière est for­te­ment as­so­ciée au ci­néaste Re­né Clair.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.