Douze femmes s’in­vitent dans un ca­fé d’hommes

Aujourd'hui en France - - LE FAIT DU JOUR - Ma­riam, 42 ans SÉ­BAS­TIEN ROSELÉ

ELLES AR­RIVENT SEULES ou par pe­tits groupes, une rose à la main. 19 heures, hier : douze femmes fran­chissent la porte du ca­fé Au Pe­tit Chas­seur à Villiers- l e- Bel ( Vald’Oise). Un éta­blis­se­ment ha­bi­tuel­le­ment squat­té par les hommes qui si­rotent une bois­son tout en jouant aux cartes. Elles com­mandent une menthe à l’eau et étendent leurs bras der­rière la tête, en fixant leur verre. « Le but est que vous en­va­his­siez l’es­pace », leur avait ré­cla­mé Cé­cile Proust, de l’as­so­cia­tion Genre et ville.

Ce­la fait plu­sieurs se­maines que cette ac­tion sym­bo­lique et re­dou­tée par cer­taines était pré­pa­rée par le biais d’un ate­lier ani­mé par l’as­so­cia­tion. Ob­jec­tif : « Que les femmes se ré­ap­pro­prient l’es­pace pu­blic. » Le tout à la de­mande du maire, JeanLouis Mar­sac (PS). « On s’était aper­çu que, dans cer­tains quar­tiers, il y avait des équi­pe­ments qui n’étaient pas uti­li­sés par les femmes, dé­plore l’élu. Ça com­mence dès la cour à l’école élé­men­taire. A l’ar­ri­vée, on fi­nit par avoir des es­paces pour les hommes et d’autres pour les femmes. »

Dans le ca­fé, à part quelques re­gards éton­nés et une seule re­marque iro­nique d’un client à une femme mu­nie d’un ap­pa­reil pho­to, rien de dé­pla­cé. Une ani­ma­trice de l’ate­lier était al­lée tâ­ter le t err ai n, hist oi r e que cette ac­tion ne tourne pas au vi­naigre.

Une fois l eur bois­son com­man­dée, les femmes se réunissent dans la cour à l’ar­rière du ca­fé pour in­vi­ter les hommes à dis­cu­ter avec elles. « Là, je suis ve­nue parce qu’on est en groupe, lance fiè­re­ment à l’as­sis­tance Ma­riam, 42 ans. Mais ja­mais je n’en­tre­rai seule dans un ca­fé. Je suis mu­sul­mane. J’au­rais peur de la ré­ac­tion de ma fa­mille si elle l’ap­pre­nait. »

Yil­maz, un client de 45 ans, est bien d’ac­cord pour dire qu’il y a un pro­blème. « On n’a pas évo­lué », souffle-t-il. De son cô­té, un fou­lard sur la tête, Fa­ti­ma, 36 ans, s’avoue très sa­tis­faite d’avoir vé­cu cette ex­pé­rience. « Les hommes sont sur­pris de nous voir. Je n’ai pas res­sen­ti d’hos­ti­li­té, pro­ba­ble­ment pa r c e q ue nous étions plu­sieurs. Je vais dans les ca­fés à Pa­ris mais pas ici. Là-bas, c’est autre chose. Tout le monde est mé­lan­gé. »

Mal­gré l’ex­pé­rience réus­sie d’hier soir, Car­men Bo­ghos­sian, ad­jointe au maire et pré­si­dente d’un con­seil de quar­tier à Villiers-le-Bel, ne cache pas sa co­lère : « Pour re­joindre le ca­fé, on a des­cen­du l’ave­nue et on a eu le droit à des re­gards et des ré­flexions. Je ne suis pas ti­mide mais je ne me suis pas sen­tie à l’aise. » Et l’élue de mettre en avant un pa­ra­doxe : « Ces mes­sieurs dans le ca­fé sont bien contents que leurs femmes fassent la po­pote et s’oc­cupent des en­fants pen­dant qu’ils s’amusent. Je vou­drais bien sa­voir ce qu’ils pen­se­raient si leurs femmes al­laient au ca­fé comme eux... »

En re­trait, Mo­ha­med, 50 ans, fume une ci­ga­rette et crayonne dans un ca­hier de jeux. Pour lui, le sou­ci, c’est que les femmes ont in­té­rio­ri­sé un in­ter­dit dont il ignore l’ori­gine : « J’ai l’ha­bi­tude de ve­nir avec ma mère au ca­fé. Pour­quoi les femmes ont peur d’y al­ler ? Moi, j’ai­me­rais bien que la dame (il dé­signe une femme qui par- le) vienne de temps en temps. On fe­rait des mots fléchés en­semble ! » Il rit puis se ra­vise. « Elles ont peur que leur en­tou­rage fa­mi­lial s’ima­gine des choses. C’est dans leur tête. Je suis mu­sul­man. Ce phé­no­mène est tra­di­tion­nel. Ce n’est pas re­li­gieux. »

Les femmes de Villiers-le-Bel ont pré­vu de me­ner d’autres ac­tions de ce type dès la ren­trée. Ça ne dé­plai­rait pas à Noël, le pa­tron du ca­fé : « C’est ma­gni­fique, cette mixi­té. L’am­biance change. J’ai­me­rais qu’il y ait plus de femmes. Ce se­rait plus gai. »

« Ja­mais je n’en­tre­rai seule dans un ca­fé. Je suis mu­sul­mane. J’au­rais peur de la ré­ac­tion de ma fa­mille si elle l’ap­pre­nait. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.